L'article

Ado cherche amour sur internet

Ado cherche amour sur internet
 
31.07.18 - Un jeune en quête d’amour sur internet, c’est de plus en plus fréquent. Quelques pistes utiles aux parents.
Votre junior pense sérieusement à s’inscrire sur un site internet de rencontres amoureuses et vous ne savez pas comment aborder la question avec lui. S’il est ouvert au dialogue et qu’il accepte de parler de ce sujet avec vous, c’est déjà une très bonne chose.
Cultivez cette ouverture. Vous pouvez commencer par lui montrer l’intérêt que vous lui portez, à lui ainsi qu’au choix de son futur conjoint.
Vous pouvez le rassurer sur sa capacité à ne pas rester seul, à faire les bons choix, à s’entourer des bonnes personnes; bref, lui montrer votre confiance. Ensuite, vous pouvez lui rappeler la possibilité qu’il a tous les jours de faire de belles rencontres dans sa vie quotidienne, au milieu de ses nombreuses activités. Mais s’il insiste pour chercher l’âme sœur sur internet, mieux vaut l’accompagner.

Exposer les avantages
Entrez donc dans le vif du sujet sur les avantages et les dangers liés aux sites de rencontres, en différenciant ceux qui sont «sérieux» de ceux qui ne le sont pas. (A ce sujet, les sites gratuits sont à éviter, en effet, les menteurs y sont bien plus présents que sur les plateformes payantes.)
Sur un site de rencontres, votre jeune rencontrera des pairs qui ont la même démarche que lui: il/elle ne sera donc pas intimidé(e) par le sujet.
Les sites peuvent compter quelques milliers à plusieurs millions de personnes. La probabilité de croiser une personne qui lui corresponde est donc assez élevée.
Sur les sites bien faits, les personnes se décrivent de façon détaillée. Une recherche multi-critères permet au jeune de faire une première sélection. Certains sites ont même un système expert qui indique le degré de compatibilité avec le postulant.

Conseils indispensables
Vous pouvez ensuite proposer quelques conseils: «Ne dévoile pas ton identité ni tes coordonnées tout de suite, apprend à connaître mieux tes interlocuteurs.» On distillera les mêmes conseils que ceux prodigués pour les réseaux sociaux, par exemple. Vous pouvez l’orienter vers un site qui corresponde à ses valeurs et aux vôtres, confessionnel ou non. Encouragez-le/la à passer du temps à échanger par messages et au téléphone, avant une rencontre physique. Celle-ci devra toujours se faire de jour, dans un lieu public largement fréquenté. Un jeune ne se fera pas raccompagner chez lui par l’autre.

Internet et ses dangers
Enfin, il est aussi de votre rôle de parent de le/la mettre en garde contre les dangers réels de ce type de rencontres:
Des personnes très habiles pour mentir savent donner les réponses qu’il/elle attend à ses questions. Finesse et discernement sont requis pour identifier les contradictions et les ruses, cachant la vérité sur l’âge, le statut civil, le lieu d’habitation, la condition sociale, la profession, la santé ou diverses informations de l’interlocuteur.
Celui-ci peut chercher à soutirer de l’argent sous tous les prétextes: soigner un parent, prendre le train pour venir au rendez-vous, etc.
Un dernier aspect négatif, pour votre jeune, est qu’il cherche un partenaire parfait, qui n’existe pas. Il risque donc de rester longtemps à chercher sans trouver la perle rare. C’est pourquoi il faut surtout l’encourager à privilégier la «vraie» vie, avec ses amis et ses activités quotidiennes.

Michel Bijaoui, conseiller familial

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x