L'article

Ados et adoptés, ils parlent de leur ressenti

Ados et adoptés, ils parlent de leur ressenti
 
26.04.19 - Ana Maria, Paola, Matilolo, Leandro et Lya ont entre douze et quinze ans et ont été adoptés. Comment le vivent-ils? Quel regard portent-ils sur leurs origines? Témoignages.
Ana Maria, 15 ans
«J’ai été adoptée à un an et demi. Mes parents m’en ont parlé très tôt mais je n’ai compris que vers sept ans. Au début, c’était bizarre. Je voyais mes copains qui avaient leurs parents biologiques. Je n’ai pas été très triste, mais j’ai dû accepter que ce n’était pas pareil avec mes parents. Nous sommes allés en famille dans mon pays d’origine, la Colombie, lorsque j’avais dix ans. C’était impressionnant de voir d’où je venais. J’ai pu rendre visite à ma famille d’accueil. C’était génial, mais je ne comprenais plus la langue. Comme j’aimerais pouvoir retourner en Colombie, j’ai choisi l’espagnol comme branche principale à l’école.
Pour moi, l’adoption, c’est la tristesse de ne pas avoir de relations avec ses parents biologiques, mais c’est aussi la chance de vivre dans un environnement qui donne un bon avenir. Je crois que mon adoption a été un cadeau de Dieu pour que je puisse avoir une vie meilleure.»

Paola, 15 ans
«Quand j’étais petite, ma maman nous a donné des livres qui nous expliquaient l’adoption. En me les montrant, elle me disait: “Il s’est passé la même chose avec toi”. C’est dur de ne pas connaître ses parents d’origine, ses frères et sœurs. Je n’ai aucune d’information sur mon père. Nous n’avons pas réussi à retrouver ma mère, dont nous n’avons qu’une ancienne adresse. Mais j’aimerais beaucoup la revoir, faire sa connaissance. Quand on est allés en Colombie, mon pays d’origine, je me suis sentie bien, à la maison. Les gens me ressemblaient. Avec notre famille d’accueil, nous avions gardé des contacts. Parfois, nous avons parlé grâce à Skype. Alors, c’était beau de les revoir.»

Matilolo, 12 ans
«A six ans, j’ai compris que j’étais adopté. C’était affreux! Je me demandais si mes parents étaient vivants ou morts. Je me suis fait du souci. Et puis, avec le temps, c’est allé mieux. Quand j’avais sept ans, nous avons reçu des informations sur mes parents. J’ai été adopté parce que mes parents étaient très pauvres, mais aussi parce qu’ils avaient des problèmes de drogue. Ils étaient séparés et ne pouvaient pas s’occuper de nous. Nous sommes allés en Colombie et nous avons retrouvé ma tante, mais pas mes parents. C’était terrible de voir toute cette pauvreté! C’était dur d’être là-bas. Je me sentais mal.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x