L'article

Asia Bibi, une famille au creuset de l’épreuve

Asia Bibi, une famille au creuset de l’épreuve
 
27.04.20 - L’histoire de cette mère pakistanaise condamnée à mort en vertu de la loi sur le blasphème, aujourd’hui réfugiée en Occident, a ému le monde entier. On en sait peu, par contre, sur le couple qu’elle forme avec Ashiq Masih et comment celui-ci a vécu ce cauchemar de neuf années. Retour sur une injustice qui aurait pu les séparer pour toujours.
«La véritable épreuve nʼétait pas la prison mais dʼêtre privée des miens», affirme Asia Bibi dans Enfin Libre! (éd. du Rocher), son livre co-écrit avec la journaliste française Anne-Isabelle Tollet. Pendant ses neuf ans dʼemprisonnement, la mère de famille aurait tout donné pour un instant avec ses filles et son mari dans leur petite maison en torchis, sans eau courante ni électricité, dans son petit village du Pendjab pakistanais, perdu au milieu des champs. En lʼabsence de chauffage, cʼest Ashiq qui lui servait de bouillotte lʼhiver: «Il mʼentourait de ses bras pendant les nuits froides, son menton posé sur le sommet de mon crâne. Je ne réalisais pas à quel point je me sentais protégée et aimée.»

Ménage à trois
Lʼhistoire dʼAsia et Ashiq débute par un coup de foudre lors dʼune fête. Or Ashiq est déjà uni par un mariage arrangé à Yasmine avec laquelle il a trois enfants. Il demande le divorce. Son épouse refuse. Eperdument amoureuse et prête à tout, Asia accepte la proposition dʼAshiq de venir vivre sous son toit avec sa famille.
Mais ce ménage à trois suscite la jalousie de Yasmine et des querelles entre les deux femmes. Pourtant, confie Asia dans son livre, «les enfants dʼAshiq, je les ai élevés et aimés comme mes propres enfants». Ceci explique pourquoi les médias ont souvent écrit quʼAsia Bibi avait cinq enfants. Ashiq et elle ont eu deux filles: Eisha, née avec un lourd handicap et Eisham. Ce nʼest quʼà lʼacquittement dʼAsia que Yasmine a accepté le divorce, à condition quʼAshiq lui offre une maison.

Le verdict fatal
Après lʼarrestation dʼAsia pour blasphème, Ashiq aurait pu la laisser tomber: il avait la charge de cinq enfants et sa propre vie était désormais menacée. Au contraire, lʼouvrier pakistanais fait tout pour soutenir sa bien-aimée et œuvrer à sa libération.
Le 8 novembre 2010, cʼest pourtant seule quʼAsia se présente devant le tribunal.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © AsiaNews
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x