L'article

Clément et Charlotte de Béarn, 32e génération d’un domaine

Clément et Charlotte de Béarn,  32e génération d’un domaine
 
27.04.20 - Les actuels tenanciers du Château de Joncquières, dans l’Hérault, se félicitent de leur choix de se former en viticulture et de reprendre le domaine familial. Une bonne entente et compréhension avec les parents et beaux-parents a été un élément décisif de cette succession réussie.
Tandis que des exploitants agricoles peinent à transmettre leur domaine à leurs enfants, Clément et Charlotte de Béarn, jeunes trentenaires, forment la trente-deuxième génération à travailler les vignes du château de Jonquières, dans lʼHérault. Château et domaine viticole associé appartiennent à la même famille, celle de Charlotte, depuis le 12e siècle, l'époque de Richard Cœur de Lion.
«Je nʼai vraiment pris conscience quʼassez tardivement, vers lʼâge de seize ou dix-sept ans, que le domaine avait toujours été transmis au sein de la famille, sans acte de vente et de lʼhistoire quʼil y avait derrière», témoigne Charlotte de Béarn. A vingt ans, la jeune femme sʼimaginait une vie «tout à lʼopposé de ses parents: salariée, dans une grande ville, avec un petit appartement, une petite voiture», sʼamuse-t-elle aujourdʼhui.
Mais un déclic se produit, là voilà intéressée par le monde viticole.

Première expérience directement au domaine
Pendant ses études en école de commerce à Reims, avec une spécialisation sur le vin, Charlotte de Cabissolle (son nom de jeune fille) rencontre Clément de Béarn, issu lui aussi (par ses grands-parents) dʼune famille de viticulteurs et de vignerons.
Leur première expérience de couple entrepreneur se fait au domaine, en proposant des tables dʼhôtes pendant un mois et demi. Le succès vient confirmer leur projet, tandis que les parents de Charlotte cherchent un repreneur pour lʼactivité vin, après presque quarante ans de travail.

Aucune pression des parents
«Jʼavais regretté quʼil nʼy ait pas eu cette transmission dans ma famille et je trouvais ça un peu dommage que cela puisse aussi sʼarrêter dans celle de Charlotte», témoigne Clément De Béarn. «Le fait dʼêtre jeune nous porte à foncer. Si on avait trop réfléchi, on ne lʼaurait peut-être pas fait.» Le trentenaire se dit reconnaissant de nʼavoir eu «aucune pression» de la part de ses beaux-parents pour une reprise du domaine.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © DR
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x