L'article

De fausse couche en fausse couche

De fausse couche en fausse couche
 
28.04.15 - Certains couples attendent des années avant que l’enfant ne vienne… Et parfois il ne vient pas. Témoignage de deux couples qui ont enchaîné les fausses couches.
Murielle et Philippe
Murielle et Pilippe ont attendu huit ans avant de devenir parents. «J’ai eu quatre fausses couches, en ne comptant que celles qui ont été confirmées médicalement». A l’époque, Murielle souffre de plusieurs soucis de santé depuis quelques années déjà, et le couple accepte avec paix les deux premières interruptions naturelles de grossesse. La troisième grossesse semble bien partie, mais des complications arrivent durant le troisième mois. Philippe témoigne: «J’avais plutôt bien vécu les deux premières fausses couches. Elles étaient comme extérieures à moi. Mais la troisième fois, nous avons vu le fœtus lorsqu’il est sorti; c’était soudain quelque chose de tangible.»
Son épouse poursuit: «Par crainte, nous n’avons annoncé à nos amis que dans la 23e semaine que j’étais enceinte pour la cinquième fois». Tout se passe bien, et Gabrielle naît tardivement, mais sans aucun problème de santé.
Avec le recul, Murielle et Philippe peuvent affirmer qu’ils sont restés confiants et persévérants, malgré les pertes et les souffrances incontournables durant ces années d’attente.
Cependant, alors que le bébé ne venait pas, il a fallu faire face aux multiples rumeurs, qui vont bon train. «Chacun y va de son idée: pourquoi n’ont-ils pas d’enfants? Est-ce qu’ils n’en veulent pas?». Murielle encourage les femmes qui traversent une telle épreuve à ne pas avoir peur d’en parler librement avec leurs amis. «Ne culpabilisez pas, mais osez demander le droit d’être dans cet état de faiblesse». Elle invite aussi à s’entourer d’enfants. «C’est bon de prendre un enfant dans les bras ou de jouer avec, même si, émotionnellement, on se crée des barrières». Murielle comme Philippe ont pris conscience qu’ils avaient une légère hésitation chaque fois qu’ils étaient en contact avec un bébé. «Tu penses chaque fois que ça pourrait être le tien et les parents ont l’impression qu’on ne veut pas de leurs enfants», explique Philippe.
Ils ont malgré tout continué d’avoir des projets de vie, même s’ils n’étaient pas sûrs de pouvoir avoir un jour un enfant. «Un temps intermédiaire, ce n’est pas forcément un temps mort».
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x