L'article

Etablir un accord où règne la confiance

Etablir un accord où règne la confiance
 
01.11.18 - L’éducation par la confiance, comment s’y prendre? Heinz Etter a adapté le concept de «join-up», une technique de dressage des chevaux basée sur le consentement. Entretien.
Vous êtes le fondateur de la pédagogie par la confiance. Pouvez-vous expliquer le concept du «join-up»?
La pédagogie par la confiance, que nous appelons aussi le concept du join-up, est une nouvelle interprétation de ce qu’on appelle le leadership. Dans l’éducation traditionnelle, nous croyons que les enfants obéissent aux consignes en principe à contrecœur, qu’ils écoutent les explications contre leur gré et qu’il est donc crucial de mettre la pression sous toutes ses formes pour les amener à faire ce qui doit être fait et à s’abstenir du contraire. Nous leur signalons qu’ils seront mieux aimés s’ils sont gentils et font ce qu’il faut. Pourtant, pour ceux qui s’y réfèrent, la Bible donne un autre modèle: ce n’est pas lorsque nous sommes bons que Dieu nous aime d’avantage, mais inversement, c’est lorsque l’amour et la bonté de Dieu déferlent sur nous que notre comportement s’améliore.

Quelles ont été vos inspirations?
J’ai vu comment il est possible pour des cavaliers d’assumer le rôle de la jument dominante auprès d’autres chevaux. Lorsque cette relation est établie, le comportement des chevaux change fondamentalement. Auprès des enfants en hippothérapie avec ma femme, j’ai vu combien la confiance mutuelle imprègne la relation et que le bien-être des uns ne se vit pas au détriment des autres.
Dans un join-up, le cheval suit de son plein gré le cavalier. Il n’est pas manipulé, poussé et forcé par l’homme à faire ce que ce dernier veut, mais il écoute sa voix intérieure qui lui dit que c’est dans l’ordre des choses de suivre la jument dominante. Il ne la suit pas pour éviter les punitions et les préjudices, mais dans la conviction profonde de faire ce qui est juste.
Si on transfère au niveau humain, il s’agit de l’affiliation existentielle. Dans ce sens, leadership et obéissance sont de même valeur et correspondent à l’intérêt de chacun. La constitution de la hiérarchie n’est pas le fruit de la lutte permanente pour le pouvoir, mais la réponse à la question: qui, dans la situation actuelle, est appelé à prendre les rênes?

Avez-vous un exemple à donner d’un effet positif de l’application du «join-up»?
Le plus ostensible, c’est chez les enfants dits «difficiles», ceux qui résistent et qui voient, au fil de l’enfance, les autres comme des adversaires qui les empêchent de vivre et les obligent à adopter un comportement mal vu. Ces enfants s’épanouissent dans le join-up et surprennent souvent leurs semblables par un comportement coopératif et responsable.

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x