L'article

Etre un parent rassurant face à un enfant complexé

Etre un parent rassurant face à un enfant complexé
 
01.11.18 - Un nez de travers, des oreilles un peu décollées, des pieds trop grands. En grandissant, les enfants se trouvent plein de petits défauts. Parfois, l’une de ces disgrâces devient un complexe et donc une souffrance. Comment accompagner un enfant en quête d’approbation et de repères dans une société dictée par la perfection des corps? Avis expert.
Les complexes touchent tout le monde puisque la personne humaine aimerait bien être parfaite. La différence dans le vécu se révèle dans la place laissée à ces petits défauts. Comment assister son enfant en bataille avec les siens?

Le complexe repose sur une vulnérabilité
Mais en fait, qu’est-ce qu’un complexe? Vers trois ans, on parle plutôt de timidité. L’enfant a peur des autres. Vers quatre ou cinq ans, les particularités physiques pointées par les autres enfants conduisent à un sentiment d’insatisfaction. Ce n’est que dès l’âge de sept ans que la conscience de soi de l’enfant lui permettra de porter un regard critique sur son propre corps. Un détail du corps de l’enfant prendra alors toute la place et l’enfant voit ce détail comme un «défaut». Il ne laisse plus de place pour son corps dans sa globalité.
Nous pouvons alors parler de véritable complexe physique qui vient comme un empêcheur d’être aimé.
«Le complexe est le fruit d’une situation qui s’est complexifiée et trouve son révélateur dans une particularité physique», affirme la psychanalyste Nicole Fabre. Les complexes reposent plutôt sur une vulnérabilité psychologique que sur une réelle disgrâce physique.
Les enfants qui ont du mal à s’aimer, qui vivent avec un sentiment d’infériorité, d’indignité, qui sont timides et manquent de confiance en eux sont les plus vulnérables. Mais les circonstances extérieures jouent aussi un rôle: les complexes de ses propres parents, les reproches intégrés depuis la prime enfance sur une particularité physique (moqueries des pairs et des adultes qui stigmatisent un défaut particulier). Ces attitudes risquent de transmettre insécurité et indignité, qui ressurgissent à travers son complexe.

La comparaison
«Regarde comment tu t’es habillé, coiffé, comment tu manges» ou «ne montre pas tes dents lorsque tu souris»: ce discours parental basé entièrement sur l’apparence physique est préjudiciable pour l’acceptation de soi.
Ensuite, le discours parental désignant le monde comme dangereux: «Ne te fais pas avoir» ou « Fais attention» participe à l’élaboration de sentiment d’incapacité conduisant au manque de confiance en soi.
Ces attitudes sont aussi susceptibles d’induire des complexes. En outre, les enfants sont sensibles aux médias directement ou indirectement. Ils voient les magazines, l’image de corps parfaits, dont ils ne savent pas que les photos ont été retouchées. Le complexe va naître de la comparaison chez un enfant qui a du mal à s’accepter tel qu’il est.

Comprendre l’enfant
Ne minimisez pas sa souffrance en faisant comme si elle n’avait pas lieu d’être («Il n’y a que toi que cela dérange»), cela serait l’équivalent de laisser l’enfant complètement abandonné à lui-même. Il se sentirait désarmé et incompris en plus de la souffrance de son complexe. Si l’enfant se plaint d’un trait qu’il partage avec son père ou sa mère, ne lui compliquez pas la tâche en soulignant l’analogie pour invalider sa plainte («Regarde mes taches de rousseur, comme elles sont jolies»).
L’enfant doit pouvoir être entendu dans son ressenti en dehors de toute comparaison et de tout risque de vexer l’adulte. S’il ne se sent pas compris, il risque d’entrer dans le silence, ce qui est pire que la minimisation. S’il ne peut évoquer à la maison ce sur quoi ses camarades se moquent de lui, il va imaginer que cela doit être vraiment grave.

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x