L'article

Il ne fait toujours pas ses nuits...

Il ne fait toujours pas ses nuits...
 
05.11.15 - Certains enfants passent leurs nuits très tôt, d’autres mettent des mois... Les parents doivent-ils se lever systématiquement ou les laisser pleurer ?
Pour Julien et Emilie, dont le bébé de dix mois ne passe pas encore systématiquement ses nuits, la remise en question est rude. Ils ont fait le choix de répondre aux besoins de leur enfant, en estimant qu’il finirait de lui-même par dormir toute la nuit sans se réveiller. «On constate en effet que ses réveils sont toujours moins fréquents, mais ma femme a quand même accumulé pas mal de fatigue à se lever la nuit pendant dix mois», confie Julien.
Ont-ils donc eu tort ?
Auraient-ils dû laisser pleurer leur bébé la nuit sans le consoler, pour qu’il s’habitue à se rendormir seul ? Des questions qui peuvent être culpabilisantes, alors qu’autour d’eux, bien des bébés font leurs nuits depuis l’âge de trois mois...

Intérioriser la relation de confiance
Les spécialistes tombent généralement d’accord pour dire qu’il ne faut jamais laisser pleurer un bébé avant six mois, voire une année. «Quand un bébé fait, au cours de sa première année, l’expérience positive que ses parents vont venir rapidement quand il a besoin d’eux, il va intérioriser cette relation de confiance. Et il sera alors plus autonome par la suite», explique Stephan Valentin, docteur en psychologie, spécialiste de l’enfance et auteur du livre Quand mon bébé me parle (éd. Jouvence). Il souligne également que si le seul moyen de calmer un bébé de cet âge est de rester auprès de lui, c’est ce que les parents devraient faire.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 
En savoir plus

Et les voisins dans tout ça?

Imaginez la scène : votre bébé hurle au milieu de la nuit. Et là, la sonnette retentit : votre voisine, furax, vient vous demander de faire taire votre enfant. Bonjour la bonne humeur ! Parfois, l’endroit où l’on habite ne permet certes pas de laisser pleurer son bébé, même si c’est un caprice. Toutefois, la méthode choisie de laisser pleurer l’enfant ou non ne devrait pas être influencée par le contexte, car l’éducation de l’enfant passe avant tout. Le meilleur moyen est d’entrer en contact avec les voisins avant qu’eux ne le fassent. Ils constateront la bonne volonté dont vous faites peuve et seront plus ouverts à chercher des compromis.
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x