L'article

Je m’en faisais une fête, mais on m’a fait ma fête

 
26.04.19 - La chronique de Myriam Demierre, comédienne, auteure des one-woman-shows «L’école des mères» et «Ô Temps pour moi».
C’est une tradition qui revient une fois par génération chez nous: la Fête des Vignerons! Un énorme spectacle en plein air, à gros budget (très très gros, en fait), pour célébrer les vignerons-tâcherons et le travail des vignerons en général.

J’ai vu mes parents participer à celle de 1977. J’ai pleuré parce que moi, j’étais trop jeune pour y participer. Mes yeux d’enfant se sont écarquillés devant ce spectacle: les beaux costumes, les personnages de la fête. Je regardais avec envie les autres enfants qui avaient le privilège d’en être. Et il y avait «le professionnel». Un gars qui gesticulait torse nu, perché en hauteur, sur des sons étranges. Ma mère avait expliqué à des amis sur un ton savant: «C’est un professionnel.» Je n’ai pas bien compris ce jour-là s’il s’agissait de Monsieur Professionnel qui gesticulait, ou si gesticuler en hauteur c’était être professionnel.

J’ai dû attendre patiemment vingt-deux ans (trois fois ma vie! Une éternité!) pour avoir le privilège de participer à cette fameuse fête.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x