L'article

Le repas partagé, un moment privilégié

Le repas partagé, un moment privilégié
 
04.11.19 - Important sur le plan nutritionnel, le repas est aussi une occasion de se retrouver autour de la table pour échanger, se détendre ou entamer des discussions passionnantes.
Entre le travail, les devoirs des enfants et les loisirs en extérieur, le repas en famille court le risque de se réduire à une brève pause alimentaire prise «en sandwich» entre nos multiples activités. Il demeure pourtant un moment à privilégier à plus d’un titre.
«Partager le bonheur d’un chocolat chaud de retour d’une sortie à ski, faire griller des saucisses dans un coin de forêt, retrouver le goût du gratin aux pommes de terre de Grand-Maman, nos cinq sens sont en éveil et nous en éprouvons satisfaction et plaisir: de vrais moments de petits bonheurs au quotidien à saisir et savourer en famille», défend Laurence Gay-Golay, conseillère et coach en alimentation.

L’aspect culinaire
L’une des composantes du repas en famille est bien entendu l’alimentation.
Le fait de se poser autour d’une table et d’un repas préparé avec soin favorise une alimentation saine et équilibrée. En préparant le repas, puis en le partageant, les parents transmettent des habitudes et un mode vie à leurs enfants. «Chaque famille va explorer un terrain de jeu alimentaire et la créativité de chacun de ses membres permettra de trouver comment s’adapter et innover», commente la conseillère.
Elle admet cependant qu’il est parfois compliqué de tenir compte des particularités de chacun. «Un ado végétarien, un parent intolérant au gluten, une petite dernière qui rechigne à manger des légumes, le repas peut être un vrai casse-tête. Si la préparation d’un plat unique n’est pas toujours possible, on peut proposer une assiette à la carte avec des formules qui permettent d’adapter les choix de chacun». Par exemple, des tacos ou des crêpes à garnir avec un choix d’ingrédients. Une bonne gestion des restes permet d’apporter une alternative à un repas qui ne conviendrait pas.

Vingt minutes minimum
Combien de temps consacrer un repas familial? Une vingtaine de minutes sont nécessaires pour que les enzymes de satiété se mettent au travail et procurent le sentiment de plénitude. Mais le repas est aussi l’occasion de raconter sa journée, de transmettre les valeurs familiales.
Ce qu’il faudrait éviter, ce sont les tensions et les conflits. Mieux vaut réserver un autre moment que le repas pour régler des questions difficiles.
Pour Magali, mère de famille, un événement, un débat qui a eu lieu en classe, sont de bons points de départ pour une discussion qui saura aider l’enfant à se situer. Elle voit le repas comme une occasion pour petits et grands de développer leur capacité d’écoute des autres, pour autant que les parents veillent à ce que chacun trouve sa place.
Réfléchir à des sujets, légers ou plus profonds, qui pourraient alimenter les échanges permet de favoriser un bon moment de partage.

Nathania Clark

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Istockphoto
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x