L'article

«Ma femme m’a adouci et humanisé»

«Ma femme m’a adouci et humanisé»
 
05.11.13 - Membre du gouvernement du canton de Vaud, en Suisse, Philippe Leuba ne se lasse pas de vanter les mérites de son épouse et de ses enfants. Pour lui, quelles que soient ses occupations, la vie conjugale et familiale doit être de qualité.
Vous marchez sur les traces de votre papa, un conseiller d’Etat vaudois très populaire. En quoi son exemple vous a-t-il inspiré?
C’est quelqu’un qui m’a inculqué ses valeurs: le goût de servir la collectivité, une certaine rigueur. Sa fonction prenait beaucoup de temps. Chaque fois que je le voyais, les discussions tournaient autour de la politique. Il invitait aussi des personnalités à la maison. Cela aurait pu susciter un sentiment de rejet chez moi. Mais au contraire cela a éveillé un intérêt pour la chose publique. A aucun moment, je n’ai eu besoin de rejeter l’image paternelle. Même si j’ai perdu ma mère très jeune, à 13 ans, je n’ai pas souffert de l’absence de mon père.
Il a toujours réussi à être là quand on avait besoin de lui.

En tant que conseiller d’Etat, comment pouvez-vous œuvrer pour protéger la famille?
Nous vivons dans un système basé en grande partie sur la famille. Elle est la cellule de base qui offre un environnement équilibré aux enfants. Pour le bien de l’enfant, rien ne vaut la présence d’un père et d’une mère. J’ai souffert d’avoir perdu ma mère jeune. Personne ne remplace jamais l’un des deux parents, même avec la meilleure volonté du monde. Aujourd’hui, on a un peu perdu le sens même de la famille, qui est pourtant le terreau permettant à l’enfant de se développer harmonieusement.

Depuis combien de temps êtes-vous marié?
Depuis onze ans. Nous nous sommes rencontrés dans le cadre professionnel. Mon épouse travaille dans une association économique ; nous avons fait connaissance quand elle a remplacé un collègue lors d’une séance de travail à Genève.

Pourquoi était-ce important d’officialiser votre union par le mariage?
Je crois que l’institution du mariage est le meilleur cadre pour élever des enfants. Il donne une sécurité, d’ailleurs moins matérielle que spirituelle et psychologique. Si la famille est reconnue comme institution sur le plan juridique, c’est dans l’intérêt des enfants d’abord et non des seuls parents. La valeur du mariage vient de ce qu’il permet de protéger les enfants, les êtres les plus fragiles de la société. Voilà le sens du mariage, qui n’est pas de permettre aux adultes de régler des problèmes successoraux ou de droits de visite à l’hôpital.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x