L'article

«Mes douleurs m’aident à rester humble»

«Mes douleurs m’aident à rester humble»
 
04.11.19 - En février dernier, Kim Phuc Phan Thi a reçu le Prix de la paix de Dresde pour son travail d’ambassadrice de bonne volonté et pour sa fondation. En octobre, la «fillette de la photo» donnait une série de conférences en Suisse, en France et en Italie. Elle évoque son statut de people et comment elle l’a mis à profit sa vie durant.
Comment ressentez-vous aujourd’hui la fameuse photo qui vous a rendue célèbre?
Je l’ai découverte à l’âge de dix ans, à ma sortie d’hôpital. Je l’ai haïe et j’en ai eu honte, d’autant plus que mes frères et cousins autour de moi avaient conservé leurs vêtements. Mais mon rapport à ce cliché a changé lorsque j’ai donné naissance à mon premier enfant, en 1994. Je regardais sans cesse cette petite fille en détresse que j’avais été. Puis je me suis dit: il me faut absolument faire quelque chose pour protéger mon bébé et tous les enfants du monde afin qu’ils n’aient pas à souffrir de la même façon. Du coup, cette photo est devenue une force puissante pour la paix.

Souffrez-vous toujours?
Cela fait plus de quarante ans que je souffre terriblement. Durant mon adolescence, j’avais toujours l’impression que les gens n’avaient d’yeux que pour mes cicatrices et j’avais de terribles cauchemars, avec le sentiment que je ne pourrais jamais être aimée.
Ce n’est plus le cas, mais la douleur est abominable; par exemple, je ne peux toujours pas me gratter. [Suite à des traitements récents notamment au laser, l’intensité de ses douleurs est réévaluée à 3-5 (intense) par Kim Phuc après avoir été cotée à 10 (intolérable) pendant de nombreuses années ndlr].
Aujourd’hui pourtant, je choisis de voir mes cicatrices et ma douleur comme une sorte de protection. Je m’explique: en tant qu’ambassadrice de l’UNESCO, j’ai souvent droit aux applaudissements nourris, aux félicitations. Ma douleur et mes cicatrices me permettent de rester humble.

Malgré vos craintes, vous avez trouvé un compagnon de vie...
Oui, nous nous sommes rencontrés à Cuba, durant nos études. Il était athée, j’étais croyante.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © DR
 
En savoir plus

Histoire d’un cliché

Le fameux cliché de la jeune Kim Phuc, âgée de neuf ans a été pris le 8 juin 1972 par le photographe Huyng Cong Nick Ut, juste après un bombardement au napalm du village de Trang Bang. Il a non seulement valu le prestigieux Prix Pulitzer à son auteur, mais surtout marqué un tournant dans la guerre du Vietnam en révélant au grand public les horreurs du conflit.
Nick Ut a immédiatement emmené Kim Phuc, devenue inconsciente, aux urgences.
(...)
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x