L'article

Que faire des émotions fortes?

Que faire des émotions fortes?
 
31.01.20 - Lorsque l’on est en conflit, il est facile de jeter de l’huile sur le feu, entraîné par ses émotions. Celles-ci nous débordent… il est toutefois possible de les canaliser de manière positive. Quatre propositions de Jörg Berger.
Les émotions sont au cœur de toute relation amoureuse. Elles sont utiles lors de toutes thérapies de couple. Ce sont elles aussi qui nous poussent à dire des mots blessants, qui nous font nous retirer dans notre coquille ou nous poussent dans une relation extraconjugale. Comment les thérapeutes de couple gèrent-ils les émotions? Peut-on influencer ce qui est peut-être la chose la plus privée que l’on ait? Les quatre éléments suivants se retrouvent dans toute bonne thérapie de couple.

1. Un cadre sécurisé
Commençons par prendre notre sujet à rebours: que faire pour que notre partenaire ressente une surcharge émotionnelle? Pour ce faire, établissez une proximité agressive, attaquez votre partenaire et enlevez-lui toute possibilité de repli. Attaquez particulièrement son estime de soi.
Ne vous contentez pas de faire état de tous vos conflits actuels, mais mentionnez aussi toutes les mauvaises expériences que vous avez vécues ensemble par le passé. Veillez à les décrire en détails.
Un cadre sécurisé est créé lorsqu’un thérapeute de couple empêche une telle situation. Le thérapeute limite les émotions en se concentrant sur un seul sujet et en remettant à plus tard d’autres problèmes, en empêchant les attaques entre partenaires et en laissant la possibilité à chacun de se retirer lorsque les émotions deviennent trop lourdes. Un cadre sécurisé offre aux partenaires une expérience révélatrice: ils peuvent ressentir des sentiments intenses, y compris des sentiments négatifs tels que la honte, la peur, la douleur ou la tristesse et se sentir en sécurité, sûr et soutenu en présence de l’autre.

2. Valider
Valider est un terme technique que l’on peut décrire ainsi dans le sens d’une thérapie: reconnaître la raison qui a conduit l’autre à éprouver ses sentiments, les reconnaitre et l’exprimer. Dans les situations difficiles, lorsqu’il y a une réaction excessive, il y a toujours une raison: Kevin a pris en main la planification des vacances attendues depuis longtemps, Michelle en est folle de rage. Doit-elle réagir de cette façon? Si cela ne lui convient pas, elle peut le dire et l’on reviendra en arrière. Mais Kevin oublie qu’il y a quelques mois, il avait réagi négativement aux propositions de vacances de sa compagne. La planification en couple avait été stoppée par ses réactions. Comme le temps presse, Kevin se permet d’organiser les vacances selon ses critères à lui. A ses yeux, il a pris ses responsabilités et voilà que Michelle le lui reproche!
Dans ce contexte, «valider» signifie découvrir la raison qui a conduit Michelle à se mettre en colère et à mettre des mots dessus. Si le processus réussit, la colère de Michelle s’en ira car son message aura été transmis et reçu. La validation n’est pas toujours facile, comme le montre l’exemple ci-dessus. Les thérapeutes de couple conduisent les couples à s’exercer à cette validation jusqu’à ce qu’elle soit acquise et que les partenaires la pratiquent par eux-mêmes.

3. Prendre du recul
Les émotions ne montrent pas l’entièreté d’une situation. Elles sont rapides et se forment sur la base d’évaluations-éclairs. Elles se concentrent davantage sur les conséquences à court terme que sur les conséquences à long terme. Les émotions fortes sont généralement centrées sur soi-même, parce que nos propres sentiments sont ressentis plus intensément que ce que l’autre vit. Dans une relation de couple, on peut prendre du recul par rapport à ses propres sentiments si on est d’accord de savoir comment l’autre ressent la situation.
Entendre comment le partenaire a vécu la situation et ce qu’il compte en faire modifie également sa propre perception de la situation, pour autant que l’on écoute et s’engage dans le point de vue de l’autre. Lorsque ce processus échoue, les thérapeutes ont alors une deuxième astuce à proposer: «Que voulez-vous vraiment faire dans cette situation?» Vos valeurs et vos objectifs vont relativiser vos sentiments. Personne ne répondra plus: «Je vais le punir pour son arrogance et sa supériorité» même si les émotions nous donneraient cette envie. Les partenaires se disent plutôt: «Nous voulons bien sûr trouver un projet de vacances qui sera agréable pour les deux.»

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 
En savoir plus

Les thérapeutes ont aussi leurs propres émotions

Comment les thérapeutes vivent-ils avec leurs propres émotions? Ceux d’entre eux qui sont plutôt introvertis vont garder leurs sentiments en arrière-plan et laisseront toute la place au couple. Ils restent bien sûr sensibles et peuvent être très touchés, malgré leur retenue. Cela permet à un couple de se plonger très intensément dans son propre monde émotionnel.

Les thérapeutes extravertis s’imprègnent de leurs propres sentiments. Ils peuvent par exemple ressentir une sainte colère ou avoir les larmes aux yeux. Ils vont agir plus vite lorsque les émotions dans la pièce deviendront fortes. Par leur manière de diriger la discussion en lien avec leurs propres émotions, ils initient des processus émotionnels importants et créent un climat émotionnel positif.

Les deux manières ont du succès, seuls les extrêmes sont mauvais: un thérapeute qui s’engage tellement qu’il devient partial ou confond les problèmes du couple avec les siens, ainsi qu’un thérapeute qui reste tellement distant que le couple se sent davantage regardé qu’accompagné et qui fait des erreurs au niveau de l’empathie, parce qu’il ne se sent pas en lien avec le couple.

On peut, la plupart du temps, constater lors de la première séance comment un thérapeute de couple gère les émotions et quel est son style émotionnel. C’est également une manière de constater la qualité de la thérapie qui vous est proposée.
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x