L'article

Retrouver l’équilibre après un premier enfant

Retrouver l’équilibre après un premier enfant
 
02.05.12 - Ils l’ont rêvé ensemble, fait ensemble et attendu ensemble, ce bébé. Comment se préparer à un tel changement? Et comment retrouver ensuite un équilibre?
«Pour le couple, la naissance d’un enfant est une révolution copernicienne», s’exclame Didier Wirth, animateur de séminaire de formation au mariage avec sa femme Isabelle. Aujourd’hui parents de trois enfants, ils reconnaissent la difficulté d’anticiper les répercussions de la naissance d’un enfant. S’ils évoquent une révolution copernicienne, c’est parce que la naissance d’un enfant crée un changement d’axe. Ce n’est plus le couple qui est au centre, mais la famille. Le pasteur suisse relève aussi qu’avec la naissance du premier enfant, on est soudain recalé d’une génération : on n’est plus le centre de l’attention des parents et beaux-parents, puisque celle-ci se focalise maintenant sur le bébé.

Changement hormonal et identitaire
Les changements sont radicaux et irrévocables. Pour la femme, ils sont aussi progressifs, puisqu’ils interviennent dès la grossesse, et même à l’arrêt de la contraception. Très vite, elle se projette dans son rôle de mère. Pour le père, en revanche, tout se passe en vingt minutes, lors de l’accouchement. Didier Wirth analyse : «Cette révélation identitaire brusque prodigue joie, émerveillement et fierté.
Mais c’est aussi une transition désécurisante.»

Les six premiers jours après la naissance, la moitié des femmes traverse un baby-blues, avec une modification majeure de l’humeur, des émotions et du comportement de la jeune mère. En cause, le chamboulement hormonal. Elle peut passer d’un état euphorique à un état presque dépressif. «On est à la fois angoissée par de nouvelles responsabilités et épanouie parce qu’on endosse ce rôle valorisant de mère», assure Isabelle Wirth.

Nouvelles peurs
Du fait de ces nouvelles responsabilités, justement, «devenir parents nous fait avancer dans la vie», soutient Isabelle Wirth. «Même s’il faut se lever plusieurs fois par nuit, on a cette énergie qui se renouvelle par amour pour ce bébé que l’on aime tellement».Place aux doutes, également : «Serai-je à la hauteur? Comment interpréter les pleurs du bébé?», se demande la mère. Toutes sortes de nouvelles craintes apparaissent, depuis la peur de la mort subite, durant les premiers mois, à celle du premier déplacement de l’enfant, lorsqu’il est en âge d’aller à l’école seul.
Quant au père, il est confronté au souci de subvenir aux besoins de son enfant du point de vue financier et d’assurer sa protection.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © Alliance Presse
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x