L'article

Une année à deux a renforcé leur solidarité

Une année à deux a renforcé leur solidarité
 
31.07.18 - Le conseiller national Benjamin Roduit et son épouse Anne ont vécu une année sabbatique en couple. Une expérience forte relatée dans «Une année différente» (éd. St-Augustin). Entretien.
Depuis ce printemps, Benjamin Roduit occupe le siège de conseiller national (député) au Parlement suisse. L’année précédente, son épouse Anne et lui ont pris du recul sur une vie chargée en empruntant le chemin de Compostelle puis celui d’Haïti, de l’Hospice du Grand Saint-Bernard et du Bénin.

L’idée de prendre une année sabbatique est née du désir d’accompagner votre cousin en voyage humanitaire en Haïti. Le besoin de vous retrouver après une période d’élections fédérales se faisait-il sentir?
Benjamin: Oui, de manière inconsciente. Je ressentais le besoin d’avoir un engagement différent par rapport à mon parcours professionnel et politique, après une campagne 2015 très intense. Mais je ne me suis pas aperçu que j’avais un peu délaissé Anne. C’est ressorti dans nos échanges en marchant vers Compostelle. Aujourd’hui, le rythme effréné a repris, je redécouvre ce besoin de retrouver Anne. Ce voyage nous a permis de prendre du recul dans une période de plein rendement.

Anne: Se retrouver a été un élément pour que j’accepte ce projet. C’était davantage une volonté de Benjamin, mais ce n’était pas envisageable qu’on ne vive pas cette année différente ensemble.

Votre initiative a aussi été le sujet d’un consensus familial, n’est-ce pas?
Nous avons eu deux conseils de famille pour en discuter. Plein de choses ont été dites autour de la table. On a pu régler des problèmes pratiques, par exemple notre maison. Notre fille cadette qui vivait encore à la maison et préparait son mariage a accepté de s’en occuper. Notre fille aînée était mariée. Un de nos fils était déjà loin et l’autre rentrait un week-end sur deux. Cela a été une bonne expérience pour la cadette, qui s’est rendue compte de tout ce qu’implique la tenue d’une maison.

Chacun des cinquante-quatre jours de votre chemin vers Compostelle, vous avez évoqué une année de votre vie. Comment ces échanges ont-ils nourri votre relation?
Anne: C’était incroyable de reparler de nos souvenirs, de nos parcours avant notre rencontre et d’entendre Benjamin parler de son enfance et adolescence. J’ai compris beaucoup de choses sur son fonctionnement et pourquoi le mien est différent. Pourtant, nous sommes tous les deux dernier de famille de six enfants, mais avec des parcours très différents.
Benjamin: Un couple, c’est toujours la rencontre de deux histoires. Là, on avait du temps pour évoquer nos souvenirs; c’était un moment délicieux de la journée. A quarante-deux ans, j’ai fait le marathon de Paris de quarante-deux kilomètres. Pour m’occuper l’esprit, je réfléchissais aux moments forts de toutes mes années de vie.

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © DR
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x