L'article

Voici l’heure de la première dispute

Voici l’heure de la première dispute
 
04.11.19 - Chez un jeune couple, le conflit survient quand le principe de réalité supplante la magie des débuts. C’est un passage délicat mais obligé de la vie de couple
La belle idylle aborde ses premières turbulences. La période de cécité touche à sa fin: on voit enfin son conjoint tel qu’il est, avec ses qualités et surtout ses défauts. Et lui aussi devient progressivement plus clairvoyant. Cette vision retrouvée génère généralement un premier conflit sérieux dans le couple.

«Le conflit est inévitable, dans un couple. Il est nécessaire et fécond, s’il est bien géré», indique Véronique Acar, membre de l’association Retrouvaille. Selon elle, «il faut changer le regard sur le conflit. L’enjeu est de traiter une expérience négative pour en dégager une expérience positive.»
Que faire quand le conflit est là? «Surtout ne jamais l’ignorer», recommande Véronique Acar, qui est par ailleurs thérapeute familiale. «Le conflit révèle qu’il y a quelque chose à changer en nous, dans notre fonctionnement de couple.» La première étape consiste à identifier les causes du conflit. Pour Véronique Acar, celui-ci vient souvent de besoins ou de désirs différents entre les conjoints.
(...)
Lire la suite Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © iStockphoto
 
En savoir plus

Dispute «réussie»

Il est possible de développer de bons réflexes, afin de se disputer «sainement». Dans cette perspective, mieux vaut bannir pour toujours les reproches généralisés et les remarques blessantes, qui rabaissent l’autre.
Mieux vaut en revanche parler en «je» pour exprimer ses sentiments et ses besoins, critiquer le comportement de l’autre plutôt que la personne et citer des événements ou comportements problématiques concrets.
(...)
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x