Skip to content

Les rêves expliqués à mes enfants

© Alliance Presse
Partager en famille ce dont on a rêvé, c’est la garantie de bien rigoler parfois... Mais c’est surtout s’intéresser aux émotions, positives ou négatives, de nos proches.

Au moment du petit déjeuner, entre les tartines au miel et le café qui parfume la cuisine, la conversation familiale tourne parfois naturellement autour de nos aventures de la nuit. Papa s’est retrouvé en sous-vêtements en haut d’une montagne et a décidé de faire une petite danse pour sauver la face. Maman a lutté avec un ours jusqu’à ce qu’elle sorte son joker et qu’elle réalise qu’il était en fait une peluche. L’un des enfants a été attaqué par des Pokémons rouges avec des dents pointues qui voulaient le pousser dans le vide. Une chose est sûre, la nuit a été mouvementée pour toute la famille !
Que faire de ces histoires tricotées par notre inconscient ? Nous pouvons simplement les disqualifier, mais ce serait se priver de leur potentiel de consolider notre famille et d’encourager les membres qui la composent. Nous réaliserons bien vite que nous nous souviendrons davantage de nos rêves si nous y prêtons attention et qu’ils trouvent leur place dans nos conversations matinales.
Comme l’a joliment saisi la poétesse Marianne Moore, «les rêves sont des jardins imaginaires avec des vraies routes qui les traversent». Pour le rêveur, la situation est réelle. Parfois le rêve est tellement intense qu’au réveil, on ne sait plus très bien ce qui relève de la réalité ou de l’imaginaire. Les émotions ressenties continuent alors à nous accompagner jusqu’à la table du petit déjeuner.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Epuisée, maman?

Les mamans se sentent bien souvent «au bout du rouleau», ou du moins débordées. Elles ont besoin de repos, mais semblent ne pas avoir le temps de s’arrêter. N’y a-t-il aucune solution?

Publicité