Skip to content

Prévenir les allergies alimentaires

© Alliance Presse
Si votre bébé présente certaines allergies alimentaires, pas de panique ! Mais peut-on les anticiper ?
Sandrine Roulet

Lorsqu’Adeline va jeter un œil sur son nourrisson de quatre mois avant de se coucher, elle a un choc : son visage a gonflé. Ce soir, pour la première fois, elle a donné à son bébé du lait en poudre pour compléter l’allaitement ; car à quatre mois, il ne fait toujours pas ses nuits. Ni une ni deux, elle appelle les urgences pédiatriques, qui lui conseillent de venir consulter au plus vite. A l’hôpital, le bébé est rapidement pris en charge et on lui transfuse un anti-allergique. Toute la nuit, on surveille ses signes vitaux. Le lendemain, un allergologue confirme à Adeline que Théo est allergique aux protéines de lait de vache. C’est d’ailleurs l’allergie la plus fréquente chez les nourrissons. La réaction allergique qu’a fait Théo s’appelle un Oedème de Quincke, c’est une réaction rare mais grave».
Pendant un an, il n’aura droit à aucun aliment contenant des protéines de lait, du lactosérum, du lactose, etc. : ni lait, beurre, yaourt, crème, fromage. Son premier gâteau d’anniversaire ? Une belle tarte aux pommes ! Ce n’est que vers dix-huit mois, après une prise de sang, que la réintroduction du lait sera testée à l’hôpital. Ouf, la désensibilisation a marché et l’allergie a disparu. Il va pouvoir manger comme les autres petits de son âge.
Adeline aurait-elle pu prévenir cette allergie ? Des études récentes estiment inutiles les régimes spéciaux pendant la grossesse. Selon l’Académie américaine de pédiatrie, seule la cacahouète, non essentielle à la santé, serait à exclure pendant la grossesse. Mais pour minimiser les risques d’allergies alimentaires, a fortiori chez les enfants présentant un terrain héréditaire favorable, il est conseillé de privilégier le lait maternel, puis de passer à un lait hypoallergénique, ainsi que de retarder l’introduction d’aliments allergisants au moment de diversifier l’alimentation. Il s’agit du lait de vache, du blanc d’œuf, du poisson et des crustacés, du blé, des fruits à coque, du soja. Si une allergie survient, le traitement le plus sûr est de ne plus lui donner cet aliment.

Sandrine Roulet

Publicité

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Epuisée, maman?

Les mamans se sentent bien souvent «au bout du rouleau», ou du moins débordées. Elles ont besoin de repos, mais semblent ne pas avoir le temps de s’arrêter. N’y a-t-il aucune solution?

Publicité