Skip to content

À toi qui n’as pas d’enfant

Natacha Horton
Retrouvez la chronique de Natacha Horton, maman et auteure du blog Justeuneplume.
Natacha Horton

À toi qui n’as pas d’enfant et pour qui c’est douloureux, j’ai envie de te dire ces choses qu’on ne dit pas assez.

J’ai envie de te dire merci. Merci d’aimer mes enfants. Merci de liker ma treizième publication sur leur rentrée scolaire ou leur bobine pleine de chocolat. Merci pour toutes les fois où tu t’intéresses à moi, à ma vie de famille. Merci pour ta capacité à me rejoindre, quoi que tu ressentes. Merci pour toutes les fois où tu prends sur toi, où tu donnes ton affection quel qu’en soit le prix.

J’ai aussi envie de te demander pardon. Pardon pour les fois où nous, les mamans, on se plaint insensiblement de nos grossesses, de nos enfants. Pour les fois où on ne parle que d’eux. Lorsque photos et anecdotes inondent tes réseaux sociaux et que c’est pénible. Pardon pour les paroles maladroites ou pour les mots qu’on ne dit pas mais qui te feraient du bien. Pour notre attention parfois donnée à moitié. Pour les fois où il n’y a aucun espace pour partager ce que tu vis, alors que cela devrait être entendu, compris et honoré plus que tout. Vivre cette attente, ou même parfois ce deuil, dans un monde où l’enfance, l’éducation et la maternité sont omniprésents fait de toi l’une des personnes les plus fortes qui soit.

On dit que le monde de la maternité est une forme de planète. Certaines femmes y sont un jour catapultées et c’est comme une étrange nouvelle vie qui commence. Mais quelque chose en moi refuse cette idée de planète et surtout d’y rester. Je me battrai pour garder sensibilité, empathie et vraie écoute. Il y a juste à côté de nous des souffrances silencieuses. Mais elles sont immenses. Elles sont légitimes. Elles sont tellement importantes.

Je pense à toi, à tes rêves, tes désirs. J’attends avec toi. J’espère avec toi. Je désire plus que tout te voir vivre tes rêves, et, sur ce chemin, j’espère être quelqu’un qui te procure de la force, et non pas qui t’en enlève.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Noémie Suter

Prendre le temps de discuter

J’aime écouter la radio en rangeant la cuisine. Ce matin, j’ai appris qu’un grand supermarché suisse relançait l’initiative des «Caisses blabla», auxquelles les clients sont invités à prendre le temps de discuter avec le personnel.…

Publicité