L'article

Trois mois de formation en famille

Trois mois de formation en famille
 
31.01.20 - Lydia et Quentin Martinet sont partis se former à l’étranger en fin d’année dernière, avec leurs deux fils dont un nouveau-né. Retour d’expérience
En Suisse, Lydia travaille comme infirmière à domicile. Quentin, son mari, vingt-six ans lui aussi, est carrossier-peintre et designer graphiste. Actifs dans la maison de prière Toda, lieu d’accueil, de travail de la terre et de créativité, ils ont choisi d’approfondir leur foi et leurs connaissances théologiques lors d’une formation de troismois à l’école Melkisedek, en France. Quentin raconte: «Nos employeurs respectifs nous ont accordé un congé sans discuter.
Quelqu’un a loué notre appartement pendant notre absence. Toutes les portes se sont ouvertes pour notre formation.»
Ils ont rejoint une trentaine d’étudiants de tous âges. Logeant en famille dans une chambre et partageant les autres locaux de la maison avec des étudiants, les notions de vie privée, d’intimité et d’éducation des enfants ont pris une dimension différente.

Impact sur les enfants
Lydia se souvient: «Arthur, notre aîné d’une année et demie, mangeait au bout d’une tablée de vingt personnes. Un autre rythme de repas, une salle bruyante, de nouveaux visages; c’était beaucoup pour lui au début.» Quentin ajoute: «Fatigué, il explosait parfois en pleurs et nous avons dû apprendre à gérer ces moments sous le regard des autres.» La plupart du temps ouvert et rieur, Arthur était la mascotte du groupe. Il a fallu jongler entre la sollicitude pas toujours adéquate des étudiants et ses besoins. Pour Léo, deux mois, cela a été plus simple. Tant que maman ou papa était là, prenant soin de lui, tout allait bien.
Répartition des tâches
«J’ai appris à sortir de ma zone de confort. Accepter de ne pas tout contrôler et trouver un équilibre entre nos principes et ceux des autres», rapporte Lydia. Gardant Arthur à tour de rôle le matin, le couple a dû communiquer de manière claire et efficace. Quentin explique «Nous avions peu de temps tous les deux. Nous devions nous transmettre ce que nous avions appris pendant les cours de la meilleure manière possible. Cela a été enrichissant, ces moments de transmission entre nous.»

Bilan positif
Le couple tire un bilan positif. Arthur a participé pleinement à l’aventure, avec plaisir. Léo a été entouré de personnes bienveillantes dans une atmosphère lumineuse. Lydia reprendra son poste d’infirmière à la fin de son congé maternité. Quentin équilibrera carrosserie et design. Suite à cette formation, tous les deux veulent s’investir d’avantage dans la maison de prière Toda, au Pied du Jura suisse.
Lydia encourage: «Osez prendre des risques. Sortez du quotidien. Cela vaut vraiment la peine de prendre un temps à part pour bien avancer». Quentin conclut: «En faisant acte d’obéissance, nous avons enrichi notre vie de foi, mais aussi nos projets de vie, notre couple et les valeurs que nous voulons transmettre à nos enfants. Chacun en est sorti gagnant.»

Stéphanie Zwick

Commander ce numéro S'abonner

Alliance Presse est un groupe de presse indépendant, spécialisé dans la presse chrétienne.

Pour accomplir sa mission d'information de façon professionnelle, Alliance Presse dépend de la générosité de celles et ceux qui apprécient ses magazines et ses sites internet.

Je manifeste mon soutien à Alliance Presse en ajoutant un don de
    
 
Une faute d'orthographe, une erreur ou un abus dans les réactions: signalez-le à la rédaction.


Pas de réactions pour l'instant: soyez le premier à réagir sur cette page.

Saisir votre réaction

Se connecter/S'inscrire pour réagir
 
Crédits
Illustration/Photo: © DR
 

Facebook
 
éditeur

Un site
d'Alliance Presse



 

x