Skip to content

Apprenti chauffard

© Alliance Presse
La chronique de Myriam Demierre

Quand j’avais 18 ans, j’ai passé mon permis. Ce que je ne comprenais jamais, à ce moment-là, c’était la nervosité de ma mère à chaque fois qu’elle m’emmenait faire de la conduite accompagnée. Je me suis alors juré que, le moment venu, moi je serais cool !
Nos enfants, devenus ados, se sont mis à sortir. Comme les horaires des transports publics laissent à désirer dans notre village, nous nous sommes rapidement rendu compte que tout serait plus simple quand ils auraient leur permis.
Notre voiture a eu la mauvaise idée de rendre l’âme juste avant les 18 ans de notre aîné : casser une voiture qui a bien vécu, c’est dans les limites de l’acceptable, mais emboutir une voiture quasi-neuve, c’est psychologiquement difficilement supportable ! Il nous fallait donc trouver une parade. La bonne excuse, c’est que notre nouvelle voiture n’a pas de vrai frein à main. Une aberration à mon goût, mais qui s’avère très utile : notre chauffard en herbe s’exerce donc avec ma sœur et sa vieille caisse qui est proche de la casse. C’est psychologiquement beaucoup plus acceptable pour tout le monde !
J’ai donc cru, l’espace de quelques semaines, que nous réussirions à éviter de mettre le sacro-saint véhicule neuf entre les mains de ce jeune homme inexpérimenté. Naïve que j’étais ! La disponibilité de la voiture de sa tante a ses limites, et il faut bien que notre Fangio-en-devenir puisse acquérir une certaine expérience. Je me suis donc résignée à mettre en péril l’intégrité physique de notre précieux monospace, et, tremblante, me suis assise à la place du passager.
– Tu as bien réglé ton siège ? Ton rétroviseur ? C’était pas un cédez-le-passage, mais un stop ! Pourquoi tu vas jusqu’au milieu de la route pour prendre ton virage ? Reste à droite ! A droite ! Tu as failli faire une collision frontale ! Mais il n’y a personne sur la bande cyclable, tu ne vas pas risquer d’emboutir une voiture pour un cycliste qui n’existe pas ! Tu te laisses déporter dans tous tes virages ! Rétrograde, ré-tro-gra-de ! Rétrograde ! On rétrograde avant le virage ! Ben oui, j’ai peur. A chaque virage, je crois qu’on va finir dans la voiture qui arrive en face. Le mur ! Le mur ! Mais pourquoi tu roules aussi à droite ? Tu as envie de rayer notre voiture toute neuve ?
– Maman…
– Quoi ?
– Maman… je ne comprends pas pourquoi tu es aussi nerveuse.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Publicité