Skip to content

Le jour où je suis devenu papa d’ado

Découvrez notre édito de cette édition.
Christian Willi

Un jour, j’ai su que j’étais papa d’ado. Pour être franc, je n’ai pas vraiment vu venir mon nouveau statut. Certes, mes enfants ont grandi. La puberté a commencé à faire son œuvre. Mais à l’inverse des ados qui se retrouvent à vivre dans un corps de grand avec une maturité en construction, moi je n’ai vécu aucun changement physique soudain, mais des défis inconnus jusqu’ici.
Pourquoi mon ado se met-il à revendiquer autant d’espace privé? Pourquoi conteste-t-il d’un coup le cadre que nous avions convenu ensemble? Comment expliquer que la hiérarchisation de ses priorités semble à ce point inversée? Cette liste de mes interrogations n’est évidemment pas exhaustive… comme le savent ceux qui se trouvent dans cette période de la vie de famille.
Mais comme le relève une boutade, cette question se pose: «Qui de l’ado ou des parents est réellement en crise»? Dans cette édition, notre dossier s’est focalisé sur le défi des parents d’adolescents. A quels aspects les parents peuvent-ils être attentifs pour à la fois garder le cap et favoriser le développement de l’ado? Fidèles à la formule de Family, nous avons fait appel aussi bien à l’expertise des spécialistes qu’à l’expérience des parents.
Lorsque j’ai interrogé la génération de mes parents, c’est comme si une certaine amnésie s’était emparée d’elle. «Toi aussi, tu faisais ci ou ne faisais pas ça, etc.», m’ont-ils rappelé, avec détachement. La bonne nouvelle pour les parents «en crise» d’ados, c’est qu’il semble que dans la plupart des cas, la crise ne soit que passagère et qu’on s’en remette bien.
Je m’en réjouis déjà…

Christian Willi, rédacteur en chef

Publicité

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité