Skip to content

Profession: Kamikaze

La chronique de Myriam Demierre.
Myriam Demierre

Le gymnase (ndlr: l’équivalent suisse du lycée), c’est la solution pratique en sortant de l’école: les portes nous sont grandes ouvertes (si tant est qu’on ait les points pour y accéder). Mais bien souvent, on ne fait que repousser le problème de trois ans: «Et maintenant, quoi? Tu as envie de devenir éducatrice de la petite enfance ou enseignante? Parce que ce n’est pas la même école. C’est maintenant qu’il faut te décider! Et ton extrait de naissance, tu l’as demandé? Parce qu’il faut deux semaines pour l’obtenir, et le délai d’inscription pour l’école, c’est dans une semaine!»
Quand on multiplie ce genre de questionnements par deux, parce que les deux aînés ont eu l’idée de quitter le gymnase en même temps, il y a beaucoup de stress à la maison. C’est pour ça que, quand le petit dernier (qui n’est plus si petit) s’est soudain écrié: «Maman, j’ai changé d’idée pour mon métier», j’ai ressenti un mélange de soulagement et d’appréhension. Ouf, il ne veut plus faire chasseur de tornades!
– C’est bien, mon chéri, je suis très contente. Et qu’est-ce que tu as envie de faire maintenant?
– Ben tu sais, au caté, ils nous ont parlé des habitants des pays en guerre, et je me suis dit que ce n’était pas juste. Parce que moi je peux aller jouer à la place de jeu avec mes copains quand je veux, et dans ces pays, les enfants n’osent même pas jouer au foot.
– Ah, tu veux travailler pour une ONG? C’est une bonne idée!
– Ouais, non, je sais pas… Je veux faire démineur, quoi! (long silence de désespoir).
Trois mois plus tard vient le moment de choisir un stage obligatoire d’une semaine.
– Bon, il faut que tu choisisses dans quel métier tu veux faire ton stage, parce que je doute qu’il y ait des champs de déminage en Suisse!
– Je ne veux plus faire démineur, j’ai changé d’idée!
– Ah bon? Pourquoi?
– Ben je me suis dit que c’était trop dangereux. Tu vois, si je perds une jambe, je ne pourrai plus faire du foot avec mes copains.
– Oui, je pense que tu as raison. Tu veux faire quoi alors?
– Un stage au vivarium. Moi j’aime les serpents. Quand je serai grand, je veux fabriquer de l’antivenin.

Myriam Demierre est comédienne, auteur des one-woman-shows «L’école des mères» et «O temps des mères»

Publicité

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Publicité