Skip to content

Ses amis ont une mauvaise influence sur lui

© Alliance Presse
Les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs. Que peuvent faire les parents pour que le dicton ne se vérifie pas dans la vie de leur progéniture ?
Claire Bernole

Mieux vaut être seul que mal accompagné, dit le proverbe. Quand on sait combien l’influence des amis peut être grande à l’adolescence, il est normal de s’inquiéter des fréquentations de son jeune. Le but n’est pas d’établir un système de contrôle infaillible - impossible de maîtriser toutes les influences auxquelles il est confronté - mais de l’aider à bien s’entourer.
Cécile et Emmanuel, parents de trois enfants, ont pris l’habitude d’avoir une maison ouverte et accueillante, où le jeune se sent à l’aise pour inviter ses amis. C’est l’occasion de connaître ses fréquentations. L’ado a besoin de sentir que ses parents s’intéressent à ses amis… sans s’imposer.
Le psychothérapeute Jean-Michel Martin conseille aux parents de poser à leur adolescent des questions ouvertes, qui favorisent la discussion autour de ses choix : quelles caractéristiques physiques, intellectuelles et sociales l’attirent ? Qu’est-ce que cela dit de lui ? A-t-il le sentiment d’être lui-même avec les personnes qu’il fréquente ? Cela permet de mieux le comprendre et, le cas échéant, de le faire réfléchir en l’amenant à se situer. Sans jugement, sans critique, sans sermon. Dès que la parole n’est plus libre, l’envie de partager s’enfuit…

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité