Skip to content

Un ventre prêté pour notre bébé

© iStockphoto
Faire appel à une mère porteuse pour avoir un enfant, un sujet qui fait débat en ce moment en Europe et dans le monde. Réflexion.
La rédaction

Atteinte d’une malformation, Sylvie ne peut pas porter d’enfant. Mais comme ses ovaires fonctionnent, son mari et elle ont d’abord essayé la fécondation in vitro. Sans succès. Ils ont alors eu recours à un don d’ovocyte puis à une «gestatrice» pour porter leur enfant.
A l’instar de Sylvie et Dominique, des couples confrontés à l’infertilité peuvent être tentés par la «Gestation pour autrui» (GPA). Quel regard poser sur cette démarche, interdite en France et en Suisse mais tolérée en Belgique?

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Lionceau deviendra homme

Atteinte d’une malformation, Sylvie ne peut pas porter d’enfant. Mais comme ses ovaires fonctionnent, son mari et elle ont d’abord essayé la fécondation in vitro. Sans succès. Ils ont alors eu recours à un don…

L’émerveillement chemin de renouveau

Et si l’on mettait à profit le temps de recul actuel pour réapprendre à s’émerveiller? Loin d’une discipline pour les beaux jours, c’est aussi une manière de faire front aux difficultés en réorientant son regard.

Publicité