Skip to content

Avec ou sans voiture, telle est la question

© iStockphoto
On s’installe ensemble! Super? Mais quid de nos déplacements? Parfois, c’est la trésorerie qui parle. Le budget pour une citadine neuve avoisine cinq cents euros par mois! Même en «occasion», il reste le carburant, les pneus, l’assurance, l’entretien et ses contrôles, etc. Mieux vaut alors emprunter çà et là un…

On s’installe ensemble! Super? Mais quid de nos déplacements? Parfois, c’est la trésorerie qui parle. Le budget pour une citadine neuve avoisine cinq cents euros par mois! Même en «occasion», il reste le carburant, les pneus, l’assurance, l’entretien et ses contrôles, etc. Mieux vaut alors emprunter çà et là un véhicule à des proches.
Dans d’autres cas, il s’agit davantage d’un choix stratégique. François, jeune ingénieur en mobilité à Nantes, le confirme: en métropole, il est difficile de se garer, de circuler et vraiment cher de se loger. On se rabat sur les transports publics, en se passant d’automobile.
Pour prendre soin de sa santé, on privilégie aussi la mobilité active: vélo, trottinette. L’aménagement urbain y contribue bien, selon notre ingénieur. «Actuellement, on vise à articuler et à combiner les différents types de mobilité pour assurer des parcours aisés d’un bout à l’autre du trajet choisi. Proposer et baliser des itinéraires piétons verdoyants en évitant les boulevards bruyants, paysager des pistes cyclables, penser les trajectoires de façon moins centrée sur le parcours automobile, autant de pratiques propices à un déplacement apaisé pour l’usager.» Bienvenue aux silhouettes glissant sur de toutes petites roues, aux papas avec un petit sanglé sur un siège vélo et aux cohortes de mamans entourées de cyclistes casqués!
La vie au vert peut aussi inciter à l’autopartage, avec sites dédiés, sans compter l’avantage des vélos électriques face aux pentes et aux vents adverses. Les marchés locaux dispensent enfin de remplir son coffre à l’hypermarché; le commerce en ligne permet de se faire livrer. Pour les vacances, il reste la location de berlines et autres camping-cars, même dépannés en cas de problème.
Les jeunes générations «rurbaines», en tout cas, sont bien plus disposées à la souplesse coopérative! Le mieux, évidemment, c’est de loger près de son lieu de travail, sauf si les déplacements collectifs sont performants.
Et quand les conjoints travaillent loin l’un de l’autre, comment faire, surtout dans les zones pénalisées par un désengagement public, où les mauvaises routes et autres intempéries usent prématurément les voitures? Les plus modestes sont contraints à l’achat, d’autant que la voiture demeure là un signe de réussite sociale.
«On commence seulement à vouloir sortir de la logique du “tout automobile” », conclut François, et on est encore loin du compte, tant cette façon de voir a dominé jusqu’à présent». En outre, désormais, plus question de nier l’impact sur l’environnement!

Sylvie Barth, théologienne

Magazine Family

Article tiré du numéro Family 1/20 Février – Avril 2020

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité