Skip to content

Discerner le naturel du retouché

© Istockphoto, DR
Les images de nos amis, ou lointaines connaissances, en vacances, au restaurant, que communiquent-elles vraiment et que recherchons-nous lorsque nous les publions? Pourquoi le contenu d’un réseau social nous happe-t-il si facilement? Entretien avec Niels Weber (photo en médaillon), psychologue spécialisé en hyperconnectivité.
Joëlle Misson

D’où vient cet apparent besoin de se montrer sur les réseaux?

En tant qu’êtres sociaux, nous avons un besoin fondamental d’être en lien avec les autres. Le réseau social y répond. Il y a un premier cliché à casser, c’est son côté narcissique. Chez les adolescents par exemple, nous avons tendance à penser qu’ils ne songent qu’à eux-mêmes et se prennent souvent en photo, etc. En fait, ces photos sont prises dans un but de mise en scène et de partage.

Publicité

Qu’est-ce que les images révèlent de nous? Peuvent-elles fragiliser les jeunes dans leur estime d’eux-mêmes?

Les images révèlent ce que l’on aimerait transmettre aux autres, ce qui n’équivaut pas à ce que les autres voient de nous. Les réseaux sont des instantanés, des extraits de la réalité que nous choisissons de montrer. L’adolescence est une période fragile, où il faut à la fois avoir confiance en soi et s’affirmer face aux autres. Les réseaux sont un bon moyen de l’expérimenter. Ils peuvent être utilisés comme un espace de test, en observant les réactions des autres. Mais nous pouvons aussi être pris par une avalanche de stimulations et retenir l’impression que d’autres ont une meilleure vie. C’est un critère à ne pas négliger et qui peut ébranler la confiance en soi, si elle est fragile.

Dossier: Le double visage des nouvelles technologies
Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Publicité