Skip to content

Antydot coca et temps de qualité

La chronique de Jérémie Lehmann, agriculteur de profession. Il est papa de quatre enfants âgés de quatre à huit ans. Avec son épouse, ils sont impliqués comme animateurs jeunesse au Gospel Center d’Oron.
Jérémie Lehmann

Dimanche matin, réveil compliqué. La première de mes filles, Manon, sept ans, a vomi durant la nuit, et encore une fois sur le canapé du salon! Qu’est-ce qu’on va faire? Le dimanche matin, nous allons à l’Eglise, et d’autant plus que ce matin-là, c’est mon épouse qui s’occupe d’un groupe à l’accueil des enfants.
Est-ce qu’on se permet de prendre Manon avec nous? Et si elle reste à la maison, qui reste avec elle? Bref toutes ces questions que l’on se pose tous dans ce genre de situation. Bon, ma chérie est impliquée à l’Eglise, mais dans un sens je pourrais la remplacer, c’est peut-être plus simple. Elle gère ça tellement mieux que moi. Du coup, discussion sur le canapé, maman demande: «Qu’est-ce que l’on fait, c’est papa ou maman qui reste avec toi?» En guise de réponse, ma fille lui glisse doucement quelques mots à l’oreille: «Je veux rester avec papa, parce que comme ça j’aurai du Coca.» Donc voilà, je resterai à la maison avec ma fille pendant que le reste de la famille ira à l’Eglise, la décision est prise.

Mais d’où vient donc cette idée de verre de Coca? Parce que si vous ne le saviez pas encore, cette boisson était à la base un médicament. Voilà la raison scientifique de mon acte! Ne pensez surtout pas que c’est parce que c’est bon que j’en donne à mes enfants lorsqu’ils ont mal au ventre…

Publicité

Heureusement d’ailleurs qu’il restait une bouteille de ce breuvage à la cave, reste d’un anniversaire, car sinon le souhait de ma fille se serait évaporé rapidement, comme son mal de ventre d’ailleurs, après quelques heures et deux verres! Une matinée bien mal emmanchée, mais qui en fait s’est révélée être un super moment avec ma fille, suivi par un bon repas pour la famille que nous avons concocté elle et moi.

Magazine Family

Article tiré du numéro Family 4/21 Novembre 2021 – Janvier 2022

Thèmes liés:

Doit-on les obliger?

La chronique Jérémie Lehmann, agriculteur de profession, papa de quatre enfants âgés de quatre à huit ans. Avec son épouse, ils sont impliqués comme animateurs jeunesse au Gospel Center d’Oron.

Publicité