Skip to content

Clément et Charlotte de Béarn, 32e génération d’un domaine

© DR
Les actuels tenanciers du Château de Joncquières, dans l’Hérault, se félicitent de leur choix de se former en viticulture et de reprendre le domaine familial. Une bonne entente et compréhension avec les parents et beaux-parents a été un élément décisif de cette succession réussie.
David Métreau

Tandis que des exploitants agricoles peinent à transmettre leur domaine à leurs enfants, Clément et Charlotte de Béarn, jeunes trentenaires, forment la trente-deuxième génération à travailler les vignes du château de Jonquières, dans lʼHérault. Château et domaine viticole associé appartiennent à la même famille, celle de Charlotte, depuis le 12e siècle, l’époque de Richard Cœur de Lion.
«Je nʼai vraiment pris conscience quʼassez tardivement, vers lʼâge de seize ou dix-sept ans, que le domaine avait toujours été transmis au sein de la famille, sans acte de vente et de lʼhistoire quʼil y avait derrière», témoigne Charlotte de Béarn. A vingt ans, la jeune femme sʼimaginait une vie «tout à lʼopposé de ses parents: salariée, dans une grande ville, avec un petit appartement, une petite voiture», sʼamuse-t-elle aujourdʼhui. Mais un déclic se produit, là voilà intéressée par le monde viticole.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Une famille «zéro déchet»

Jérémie Pichon et Bénédicte Moret se sont lancés dans une aventure familiale, celle d’un mode de vie sobre et sain. L’expérience qui devait durer une année s’est finalement ancrée.

Publicité