Skip to content

Attendre un enfant trisomique: de la peur au bonheur

Alors que leur fille Naomi est désirée et attendue en dépit d’un diagnostic de trisomie 21, Marjolaine et Romain connaissent la peur et la tristesse. Aujourd’hui ils témoignent de la vie, l’amour et la relation qui prévalent. Rencontre.

Début 2017. Marjolaine et Romain attendent leur deuxième enfant. Après une première échographie et quelques signes inquiétants, les médecins leur conseillent de réaliser des tests. Une amniosynthèse est pratiquée à la septième semaine de grossesse et le diagnostic tombe: leur bébé est porteur du syndrome de trisomie 21.

L’impression que le monde s’écroule

Publicité

«Les quelques semaines passées à attendre les résultats ont été vraiment éprouvantes. J’avais l’impression de ne plus savoir qui était ce bébé que je portais. Mes émotions ne se sont apaisées, en partie, qu’une fois certaine du résultat», confie Marjolaine, avant d’ajouter: «Notre décision en revanche était très claire dès le début. Nous garderions le bébé, peu importe la conclusion.»

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Un temps pour transmettre nos passions

Début 2017. Marjolaine et Romain attendent leur deuxième enfant. Après une première échographie et quelques signes inquiétants, les médecins leur conseillent de réaliser des tests. Une amniosynthèse est pratiquée à la septième semaine de grossesse…

Publicité