Skip to content

Un temps pour parler, pour écouter et pour décider

Planifier les prochaines vacances et parler de notre ressenti face à la mort d’un proche sont des sujets différents. Néanmoins, tous deux requièrent un dialogue respectueux et authentique au sein de la famille, tout en stimulant la foi de chacun.
Sylvie Barth

Il nous arrive d’avoir à prendre une décision en famille: un lieu pour nos vacances, un aménagement domestique, l’organisation d’une fête, un changement de domicile, un choix professionnel, ou encore, d’intégrer un événement marquant comme une naissance, un décès, un mariage, mais la conversation, c’est tout un art. Encore plus quand elle est vécue en famille.

Poser les bonnes questions

Publicité

La pratique de la conversation spirituelle peut être un véritable atout, car c’est une manière - à la fois douce et profonde - de guider des choix et d’asseoir un accord autour de sujets délicats. Dès quatre ans, les enfants peuvent valablement y prendre part. Il convient de formuler clairement quelques questions au départ: où aurions-nous envie de passer nos vacances cet été (cet hiver)? Comment réaménager le salon? Comment voyons-nous notre fête de Pâques cette année? Comment ressentons-nous le fait d’aller nous installer en Roumanie? Comment est-ce que je ressens la future naissance d’un cousin? Comment est-ce que je me sens face à la mort de Papi?

Chacun son tour

Le principe est de pouvoir peser ce qu’on dit et de tous s’écouter dans un climat d’ouverture et de foi. Chacun prend un temps pour réfléchir, écrire ou dessiner, sur un sujet proposé (de 4 à 15 minutes à déterminer). On prépare une plume d’oiseau, placée au centre du cercle de parole. Chacun la prend à son tour et partage ce qu’il a à cœur, avec calme et simplicité. La personne suivante ne prend la parole qu’une fois la plume reposée. On s’écoute en silence. On peut juste poser une question pour mieux comprendre ce que l’autre veut exprimer.
On observe un deuxième temps de silence. Chacun dit (toujours avec la plume) ce que vient de lui inspirer ce temps de partage et ce qui le met en mouvement à ce sujet. On observe un troisième temps de silence. Chacun (avec la plume) dit ce qu’il a sur le cœur, maintenant, à propos du premier sujet et propose une idée ou des éléments de solution (s’il y a lieu). Chacun se remercie de ce temps d’écoute.

La conversation spirituelle est un cadeau à se faire en famille

Et ensuite?

Aux parents de sentir si le moment est opportun de synthétiser un choix; ou de proposer un temps de prière pour remettre le projet ou son ressenti à Dieu (face à une naissance, un décès…). Ils peuvent sentir qu’un temps de discernement, de réflexion ou d’informations complémentaires est nécessaire pour que la décision puisse se prendre avec des aménagements éventuels. Ou décider qu’un nouveau partage serait utile.
Lorsqu’il s’agit d’un décès, l’une des issues du dialogue pourrait être de reconnaître que chacun est très triste mais heureux d’avoir connu Papi. C’est sentir qu’on a besoin de se retrouver ensemble pour se souvenir des bons moments vécus avec lui. Et si quelqu’un a besoin d’en parler avec papa ou maman en tête-à-tête, c’est possible, à tout moment. La conversation spirituelle est ainsi un cadeau à se faire en famille, pour vivre en présence de Dieu, guidés par l’Esprit.

Thèmes liés:

Publicité