Skip to content

Remplir le nid vide sans tomber de l’arbre

Quand les enfants quittent le cocon familial, une page se tourne. Un tournant qui peut se montrer décisif pour le couple qui se retrouve en tête-à-tête.

Les enfants ont quitté la demeure familiale, certains d’entre eux ont peut-être même déjà des enfants à leur tour, d’autres étudient ou travaillent. Un nouveau chapitre commence pour le couple parental qui se retrouve en tête-à-tête.

Entre soulagement et joie
Sébastien (52) et Marion (49) ont vu leurs trois enfants partir en six mois. C’était il y a quatre ans. Aujourd’hui Sébastien se réjouit lorsque les enfants viennent à la maison en visite, mais aussi quand il est de nouveau seul avec son épouse, Marion. Tous deux sont mariés depuis vingt-huit ans. «Sébastien n’avait pas conscience des batailles que j’avais avec les enfants. C’est probablement pour cela que le « oui » pour leur départ a été plus facile pour moi que pour lui. Mais malgré tout, les enfants me manquent», explique Marion. De son point de vue, c’était la bonne décision au bon moment. Le couple s’est davantage réjoui de cette liberté nouvellement gagnée plutôt que de pleurer le temps révolu.

Publicité

Les enfants prenaient toute la place
Il y a des couples pour qui la fin de cette époque de la vie familiale se déroule non sans difficultés. La proportion de ceux qui divorcent après les noces d’argent augmente. PourJessica et Bernard, cette phase de départ est encore devant eux. Mais, à entre les enfants et le ménage, Jessica n’a pas vraiment de vie à elle. Son fils aîné, né prématuré, a demandé beaucoup d’attention. Les soucis au sujet de Tim l’empêchaient de dormir et lui demandaient énormément de ressources. Elle repoussait les propositions d’aide de son mari car elle était convaincue de devoir le gérer seule. Bernard, lui, ne comprenait pas ses refus Jessica. Alors il finit par négliger l’entretien de la maison et l’éducation de Tim, et se tient à distance. Il suit ses propres intérêts. Le couple s’est construit séparément au fil des années. Que restera-t-il de leur relation lorsque les enfants seront hors de la maison?

Un vide angoissant à remplir
Le nid vide devient particulièrement menaçant lorsque les enfants étaient la seule priorité. La psychothérapeute Christiane Papastefanou explique que le départ des enfants peut faire émerger les problèmes psychiques. Marion remarque: «Nous avons maintenant de nouveaux espaces libres qui demandent à être comblés. Les repas, par exemple. Aujourd’hui, quand un des deux en a le plaisir et le temps, il cuisine pour l’autre.» Le foyer est plus silencieux et les occasions de relations diminuent. «Grâce aux enfants, il y avait automatiquement plus de contacts, qui manquent avec leur départ, raconte Marion, nous devons agir ensemble pour élargir notre horizon en tant que couple. Le danger, c’est de passer notre temps à la maison et de se laisser abrutir tous les soirs par la télévision.»

Des contacts plus intenses
Avec le temps, Marion a redécouvert la lecture et renoue avec d’anciennes amitiés. Et pour soutenir les études de sa fille, Marion a repris un travail à plein temps. Marion et Sébastien voient les changements d’un bon œil: «La relation avec nos enfants est différente maintenant, plus intense, et elle repose sur une base amicale. Nous sommes conscients que nous pouvons laisser aller nos enfants le cœur léger parce qu’ils ont fortifié leurs racines pendant leur enfance». Ils voient cela comme une confirmation de leur éducation et cela renforce leur couple.

Elle et Sébastien s’organisent des rendez-vous «sinon, nous ne vivrions que pour le travail et nous ne nous verrions plus», affirment tous deux. Finalement, ils se sont accords la possibilité de travailler sur leur union et de se considérer comme un couple et non plus comme les «parents de». «Si les enfants aiment nous rencontrer et qu’ils peuvent tout de même bien gérer leurs propres vies, de quoi se plaindre?» Jessica et Bernard, quant à eux, y travaillent encore.

Andrea KRONESTER, psychothérapeute


Conseils pratiques

1. Faites un saut dans le temps. Où serez-vous dans dix ou quinze ans? Comment se sera développée votre relation? Élargissez ainsi votre angle de vue.

2. Retournez dans le passé. Partagez ensemble ce que vous avez vécu lorsque vous avez vous-même quitté le nid. Quels sentiments, idées et sensations de liberté avez-vous ressentis? Que pouvez-vous apporter à vos enfants pour leur propre vie?

3. Laissez du temps à votre partenaire. Certains voient d’abord des chambres d’enfants vides. D’autres planifient déjà un nouvel aménagement. Autorisez-vous mutuellement des rythmes et des stratégies d’assimilation différentes.

4. Ayez confiance! «L’un des plus grands actes de confiance en Dieu, c’est de laisser nos enfants faire leurs propres choix et emprunter leur propre chemin«. (Henri Nouwen, théologien catholique)

5. Réjouissez-vous d’avoir élevé vos enfants pour qu’ils deviennent des personnes assurées et courageuses, qui se confrontent au monde. «Le moyen le plus sûr de perdre vos enfants est de vouloir les garder pour toujours». (Adolf Sommerauer, théologien et écrivain protestant).

6. Profitez de vos libertés nouvellement gagnées, même si vos enfants vous manquent. Vous êtes maintenant largement libérés de vos devoirs parentaux.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité