Skip to content

Couper le cordon, c’est savoir poser ses limites

© Istockphoto
Chacun arrive dans un couple avec ses bagages, son histoire de famille, des accomplissements, des échecs et des souffrances. Pour tisser un nouveau couple avec tout cela il faudra aussi se détacher de sa famille d’origine.

Avant même la constitution du couple se joue une période déterminante pour le développement harmonieux des relations de la vie familiale. Jade, mariée depuis cinq ans, raconte: «Je n’avais jamais vécu seule avant de quitter le domicile de mes parents pour me marier. Au début de notre vie conjugale, nous nous disputions énormément avec mon mari au sujet de ma famille. Mon conjoint se sentait infantilisé par ma mère et moi je ne comprenais rien de ses revendications. En fait, je trouvais normal qu’elle le reprenne ou lui donne des consignes comme elle le faisait avec moi, ma sœur ou mon beau-frère.»

Dossier: Un couple, deux familles
Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez gratuitement de l'accès aux articles web réservés aux abonnés pendant 14 jours.

Les sujets qui fâchent

Lors des rencontres et des repas avec sa belle-famille, surtout quand on ne se voit pas souvent, un avis différent peut vite créer des tensions. Mieux vaut tourner sept fois sa langue dans sa bouche…

Tu es de ma famille!

Former un couple c’est aussi concilier famille et belle-famille, composer avec deux tribus parfois très différentes. Quels sont les principes clés pour y trouver sa place?

Publicité