Skip to content

Oser le shooting photo en famille

© stellalapetitephotographe.fr
Entrez dans la maison de n’importe quel Américain et vous y trouverez sur ses murs une panoplie de portraits de famille: naissances, fin d’études, anniversaires de mariage... En Europe, le recours aux photographes est encore rare, mais une tendance se dessine.

Jennifer adore les photos. Quel plaisir lorsque son conjoint lui a offert un bon pour un shooting photo de couple au cours de sa première grossesse! Que ce soit à deux, seul ou en famille, un shooting photo est surtout une expérience. «La séance a eu lieu symboliquement là où l’on s’est rencontré, sur la plage, au soleil couchant. La photographe nous guidait tout en nous laissant être naturels», se souvient la jeune femme rayonnante. «Quand je regarde ces photos, je me souviens de la complicité, du rire, du partage.»

Pour cette activité riche en émotions, on se prépare, on harmonise les tenues, on s’amuse. C’est un temps de pause, dans un quotidien qui bouillonne, où on se retrouve dans l’entre-soi du couple ou de la famille.

Les bébés, les nouvelles stars

Publicité

Stella Rekab, photographe basée en Provence, s’est formée au newborn posing, une prestation qui se réalise dans les quinze premiers jours de vie de l’enfant. Avec des gestes adaptés et très doux, la photographe va manipuler le bébé, ou l’emmailloter, pour l’installer dans des postures qu’il prenait dans le ventre de sa mère. Elle constate que c’est un moment très tendre au cours duquel les parents se laissent porter. «A la naissance de leur enfant, les couples viennent de vivre un chamboulement extraordinaire, tout va très vite, et là soudain ils s’arrêtent. Ils prennent le temps de se regarder l’un l’autre, les mamans observent leur conjoint avec leur enfant. C’est magique!», décrit la professionnelle.

Guérir par la photo

Et puis, il y a des regards qui soignent. Pour Laetitia Miralles, thérapeute, la photographie peut être curative, «elle a un pouvoir bien plus important que ce qu’il n’y paraît». «Quand on se regarde vraiment, on mesure ce que l’on pense de soi.» Face à certains traumatismes du corps, ou à des événements de vie douloureux, la photographie devient une aide pour retrouver de la confiance, de la bienveillance envers soi. C’est décider de regarder autrement un moment de vie, le rendre heureux, et digne d’être immortalisé.

Stella Rekab se souvient avec émotion d’un couple qui souhaitait être pris en photo. «Ils avaient perdu un premier enfant et avaient besoin de ce moment pour faire le deuil de cette grossesse et voir la beauté de cette nouvelle grossesse», se souvient-elle.

Un cadeau personnel et durable

Une belle photo de famille peut aussi être un cadeau qu’on se fait à soi-même. Les photos de Jennifer, avec son conjoint et leur enfant, ont été une idée de cadeau de Noël pour les grands parents. «Au lieu d’offrir des objets impersonnels», explique-t-elle. Et si ce projet a un coût (de 180€ à plus de 500€, en fonction du choix de la prestation, du nombre de photos…), le résultat a été à la hauteur de leurs attentes. Le choix du professionnel y est pour beaucoup: recommandé par des proches ou suivi sur les réseaux sociaux, c’est une affaire de sensibilité artistique… et de rencontre.

Thèmes liés:
Une femme et un homme se dispute dans une voiture, les enfants derrière se bouchent les oreilles

La paix dans le cockpit

«Tu as vu le feu rouge?»; «Eh, pas si vite!»; «Oh, c’est moi qui conduis, c’est moi qui décide!» Tout autant d’altercations qui peuvent finir en accident de la route. Alors comment appréhender nos différends…

Publicité