Skip to content

Offrir moult cadeaux, une preuve d’amour?

© Alliance Presse
Quelle surabondance dans les magasins à l’approche des fêtes ! Comment gâter nos enfants sans tomber dans l’excès ? Le «trop» peut-il tuer le désir ? Entretien avec le philosophe Denis Marquet, auteur de «Nos enfants sont des merveilles» (éd. Nil).
Sandrine Roulet

Dans notre manière de gâter les enfants, à quel moment est-on dans le «trop» ?
Un cadeau crée du bonheur pour l’enfant par une double expérience. La première est liée à la qualité propre de l’objet qu’on lui offre, c’est-à-dire à l’expérience de lui-même qu’il pourra faire en jouant avec cet objet. Une petite voiture va lui permettre de se rêver conducteur comme son papa. Un ballon lui offrira de s’éprouver lui-même dans son adresse, peut-être de s’imaginer footballeur. La seconde expérience est liée à la signification du cadeau : l’amour de la personne qui le lui offre. On est dans le trop dès que la profusion des objets empêche l’enfant de vivre pleinement ces deux expériences. Il glisse alors de l’un à l’autre sans profiter d’aucun ni se souvenir que le cadeau signifie qu’on l’aime.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité