Skip to content

L’actualité du couple et de la famille

© iStockphoto
La pandémie a renforcé les familles au Canada Selon un sondage commandé par le Regroupement pour la Valorisation de la Paternité, les familles canadiennes sortiraient renforcées de la période de pandémie. Près de trois parents canadiens sur quatre ont vu un changement positif dans le temps passé avec leurs enfants. La moitié d’entre eux jugent que les relations avec leur(s) enfant(s) se sont améliorées. Le taux est encore plus élevé parmi les parents d’enfants de moins de cinq ans. Enfin, 40% des parents jugent que leur compréhension des besoins des enfants s’est améliorée. Deux tiers des Canadiens sondés sont confiants pour l’avenir. Ils jugent que cette amélioration sera durable. Ce sondage comporte un revers de la pièce. En effet, 20% des parents confessent avoir été confrontés à une détresse psychologique, une anxiété ou un stress accru depuis le début du confinement. Enfin, les conjoints ne sont pas du même avis sur tout. 75% des pères jugent que le partage des tâches a été équitable, contre 50% des femmes. En France, un sondage IFOP indique qu’un couple sur dix souhaite «prendre ses distances» après cette période éprouvante. 4% envisagent sérieusement la rupture. Après une vague de divorces en Espagne, la France connaîtrait-elle la même tendance? Il est trop tôt pour le dire. Toujours est-il, selon ce sondage, les jeunes couples ont été plus touchés et sont les plus menacés par une rupture ou un divorce. Le confinement a clairement accentué et clarifié des situations de souffrance conjugales.
La rédaction

La pandémie a renforcé les familles au Canada
Selon un sondage commandé par le Regroupement pour la Valorisation de la Paternité, les familles canadiennes sortiraient renforcées de la période de pandémie.
Près de trois parents canadiens sur quatre ont vu un changement positif dans le temps passé avec leurs enfants. La moitié d’entre eux jugent que les relations avec leur(s) enfant(s) se sont améliorées. Le taux est encore plus élevé parmi les parents d’enfants de moins de cinq ans. Enfin, 40% des parents jugent que leur compréhension des besoins des enfants s’est améliorée. Deux tiers des Canadiens sondés sont confiants pour l’avenir. Ils jugent que cette amélioration sera durable.
Ce sondage comporte un revers de la pièce. En effet, 20% des parents confessent avoir été confrontés à une détresse psychologique, une anxiété ou un stress accru depuis le début du confinement.
Enfin, les conjoints ne sont pas du même avis sur tout. 75% des pères jugent que le partage des tâches a été équitable, contre 50% des femmes.
En France, un sondage IFOP indique qu’un couple sur dix souhaite «prendre ses distances» après cette période éprouvante. 4% envisagent sérieusement la rupture. Après une vague de divorces en Espagne, la France connaîtrait-elle la même tendance? Il est trop tôt pour le dire. Toujours est-il, selon ce sondage, les jeunes couples ont été plus touchés et sont les plus menacés par une rupture ou un divorce. Le confinement a clairement accentué et clarifié des situations de souffrance conjugales.

Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité