Skip to content

Mon petit et les légumes, quelle histoire!

© Istockphoto
Nos chers légumes si bons pour la santé n’ont pas souvent la cote auprès des enfants. Comment leur donner envie? Astuces et idées.
Aurélie Kläy

Un enfant qui refuse de manger ce qui se trouve dans son assiette, ce n’est pas rare. «Et si l’on commençait, en tant que parents, par leur montrer l’exemple?», encourage Carine Christen, diététicienne diplômée (ASDD) et maman de deux garçons de un et cinq ans. Elle précise l’importance de «prendre le temps d’être ensemble à table et de manger avec plaisir. Essayez d’inclure l’enfant dans l’élaboration des menus, la préparation des repas, les courses, et laissez-le goûter à tout.»

Un petit peu de tout

Publicité

Et que faire quand viande et féculents ont déjà disparu de l’assiette, avec pour seuls restes les brocolis laissés intacts? Carine Christen conseille de servir une petite portion de chaque. «Si l’enfant souhaite se resservir, dites-lui qu’il doit d’abord manger les brocolis et qu’il ne recevra rien d’autre avant d’y avoir au moins goûté.»
Et s’il n’aime vraiment pas, ne le forcez pas et acceptez son aversion. Carine Christen précise qu’il ne faut «en aucun cas faire du chantage émotionnel, punir son refus ou récompenser l’enfant par un dessert s’il mange ses légumes. Cela peut favoriser l’attirance pour les aliments sucrés.» Et même si un petit refuse de manger, jusqu’à peut-être se faire vomir, il ne faut pas oublier qu’il ne se laissera jamais mourir de faim, relève Carine Christen.

Une habitude progressive

La diététicienne conseille de faire des pauses sur les légumes compliqués et de les proposer à nouveau quelques temps plus tard. «Proposez sept à huit fois un nouvel aliment à un enfant pour que celui-ci lui devienne familier.» Pour varier les textures et les formes, une solution est de dissimuler ces fameux légumes dans les gratins, soupes ou les lasagnes, par exemple. Cela permet à l’enfant de «s’habituer progressivement au goût», souligne Carine Christen. Concrètement à trois ans, on ne peut pas dire qu’un enfant est conscient de sa bonne alimentation, «on peut expliquer à l’enfant que pour grandir et avoir des forces, il doit manger de tout».

Astuces pratiques

Pour terminer, Carine Christen suggère quelques pistes et astuces pour aider les parents dans cet apprentissage pas toujours simple! Premièrement, l’une d’entre elles est de ne pas forcer son enfant à terminer son assiette. En grandissant, il s’agira de lui permettre de se servir seul et de favoriser l’apprentissage de la perception des sensations de faim et de satiété. Ensuite, le parent peut faire du repas un moment agréable, à vivre en famille autant que possible, et éviter les conflits en lien avec la nourriture. Et pourquoi ne pas faire participer l’enfant aux conversations?
De plus, il est important, toujours selon la spécialiste, de ne pas féliciter son enfant sur la quantité qu’il a mangée, mais plutôt sur sa façon de manger (s’il a mangé tout seul, proprement, avec ses couverts, etc.). Finalement, Carine Christen conseille de laisser l’enfant manger seul, avec ses doigts ou une cuillère, même s’il en met à côté
Une autre astuce: se montrer patient et servir régulièrement des légumes à son enfant. Enfin, une atmosphère agréable à table favorisera chez lui le plaisir de manger et pourquoi pas, d’en redemander!

Thèmes liés:

Epuisée, maman?

Les mamans se sentent bien souvent «au bout du rouleau», ou du moins débordées. Elles ont besoin de repos, mais semblent ne pas avoir le temps de s’arrêter. N’y a-t-il aucune solution?

Publicité