Skip to content

Pâques, l’occasion de parler de la mort

© Istock
«Papa, on fait quoi quand on est mort? Et pourquoi Jésus est mort sur une croix?» La fête de Pâques est la commémoration de la résurrection du Christ trois jours après sa crucifixion. Et si elle était l’occasion pour les parents d’aborder la mort avec leur enfant?

La première fois qu’on a abordé le sujet, c’était suite à un dimanche de Pâques à Strasbourg», se rappelle Raphaël, 33 ans, papa de deux enfants de 3 et 5 ans. «Mon fils Joaquim avait été choqué par les images d’un vieux film diffusé à l’Eglise sur la résurrection. On y voyait Jésus à la voix très grave sortir du tombeau, clair et lumineux. “C’est un fantôme?” nous demandait Joaquim. Je me souviens lui avoir répondu: “Tu demanderas à papi Tony” comme il est pasteur. Mais quand la question revient souvent, je ne peux plus y échapper», avoue ce père de famille. «Le plus important pour moi est de lui expliquer qu’en tant que chrétien, mourir signifie être avec Dieu, près de lui. Cela rend cette réalité plus joyeuse, plus positive et surtout plus concrète.»

Parler d’espérance

Publicité

Le cœur du message biblique de Pâques est bien celui de la vie. Les chrétiens partagent la foi que Jésus-Christ est mort et ressuscité. Une assurance qui offre une vraie espérance et la conscience de l’éternité qui changent toutes les perspectives. Mais aborder ces questions avec ses enfants n’est pas une mince affaire. D’aucuns préfèrent d’ailleurs éviter la question encore taboue. «J’ai observé un mouvement de balancier chez les chrétiens», explique le théologien Jean-René Moret. «Très focalisés sur la croix à une certaine époque, ils se sont alors rendu compte qu’il était important de porter l’accent sur la résurrection parce qu’il s’agit de la vie. Il est une tendance de la société de ne pas vouloir parler de la mort mais elle arrivera bien un jour. Eviter d’y penser voire même l’évacuer, c’est risquer d’être dépourvu le jour où l’on fera face à elle.» Ainsi, parler de la mort en passant par la croix, c’est éviter de considérer que «tout va bien dans le meilleur des mondes» et c’est aussi prendre conscience du besoin d’être sauvé et de quelle façon l’être.

Notre existence a une fin

Reste à savoir comment l’introduire avec ses enfants. «Je commencerais par rappeler pourquoi la mort existe», enjoint le théologien. «On habite un corps qui finira bien par cesser de fonctionner mais Dieu n’a pas créé l’être humain pour mourir mais pour demeurer dans sa présence.» Et à ce nouveau papa d’utiliser l’image du téléphone portable sans fil qui finit par s’éteindre s’il n’est pas relié à son chargeur. «Sans espérance chrétienne, la mort signifie l’arrêt de toute existence là où les chrétiens croient en une vie après la mort, avec ou sans Dieu, selon la responsabilité  de chacun.»

Des images peuvent aider à comprendre

Pour Jean-René Moret, le récit de Pâques met donc la mort sur la table, avec un sens et une espérance, et non une tragédie sans fond. Il propose toutefois, face aux questions gênantes des enfants en cas d’incertitude après la mort, d’éviter les formules facile telles que: «Il est à tel endroit» ou «Il est dans un meilleur endroit» pour leur préférer: «C’est entre Dieu et la personne, selon ce qui s’est passé dans son cœur.» Il est également peu opportun de parler d’enfer ou d’appuyer sur le registre du sinistre. «En termes de destinée éternelle, je parlerais de vie ou de séparation d’avec Dieu, sans termes trop techniques», ajoute-t-il.

Raphaël aime pour sa part utiliser des notions imagées que les enfants comprennent mieux. Des ouvrages comme La Bible en 400 dessins (éd. BLF) peuvent y aider: «L’image d’un petit tombeau en pierres ou les bandelettes de Lazare sont d’excellents moyens pour illustrer les notions de mort et de résurrection aux enfants, sans dramatiser mais au contraire, en les rendant plus accessibles. Il y a trop de sujets tabous dans notre société. Si les enfants n’en parlent pas avec leurs parents, avec qui le feront-ils? A nous de trouver le meilleur moyen de les accompagner», soutient ce papa parisien.

Family 1_2021
Magazine Family

Article tiré du numéro Family 1/21 Février – Avril 2021

Dossier: Spiritualité
Thèmes liés:

Pour poursuivre la lecture, choisissez une des options suivantes:

Créer un compte gratuitement

Et profitez de 14 jours de consultation gratuite de nos contenus

Publicité