Skip to content

Une vie de couple enrichie par le service à l’église

S’investir en couple au service de l’Eglise ajoute une dimension à la vie conjugale. Soutien technique, aide pratique, aide communautaire... les formes sont variées. Servir à deux c’est donner, mais c’est surtout recevoir!
Sylvie Barth

Les Eglises chrétiennes comptent sur les couples. On peut ainsi servir dans une communauté locale reliée ou non à un ensemble plus vaste: groupement ou fédération d’Eglises, circonscription, diocèse. En transversal, il y a aussi l’enseignement confessionnel ou les fondations et les mouvements larges. Les fonctions et actions varient: support technique, service caritatif, proclamation de l’Evangile, liturgie et prière. Chacun contribue à la vie de foi et aux projets communs. Bien des couples en sont heureux: un élan pour les uns ou des échanges enrichis par un but partagé pour d’autres.

UNE VIE CONJUGALE COLORÉE

Publicité

Pour ces bénéficiaires, la vie est nourrie de créativité, de confiance et de prière fréquente avec pour fruits: joie, paix, solidarité dans l’épreuve. La mission s’avère en revanche plus difficile lorsque s’ajoutent les tensions en équipe, les réunions trop nombreuses, les coups de fil et visites répétés, le désinvestissement et les soucis parfois pesant en famille.

En effet, prendre soin de son couple missionnairen’est pas un luxe. Des initiatives permettent de poser un cadre précis (rythmes, contenus, durée de mandat), de faire le point à deux et avec les autres acteurs du projet. Interroger son rapport au don l’est aussi. Vincent Heulin, permanent du mouvement œcuménique Fondacio, invite à équilibrer ces trois perspectives: être soi, être avec et être pour. Ils reflètent la soif de se déployer, d’être en lien et de se donner. Mais un certain narcissisme, quête de fusion, abnégation unilatérale, chez l’un, l’autre, ou les deux, trahissent des manques qui nuisent à l’union comme à la mission.

Certains groupes sont dévorateurs à leur insu. Alors une sagesse, une écoute de l’Esprit Saint et un discernement commun sont des alliés précieux pour que le pari missionnaire du couple soit bienfaisant à tous les niveaux!

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

INTERVIEW: À deux pour bénir d’autres couples

Parents de trois enfants, Frank et Noémi Hervouet (photo) sont mariés depuis douze ans. Ensemble, ils accompagnent d’autres couples, que ce soit en paroisse ou à la maison du couple de Massabielle en région parisienne.

De quand date votre goût pour la mission auprès des couples?
Noémie et Frank: Nous marier nous a stimulés à être attentifs à l’entité nouvelle qu’est notre couple, ainsi qu’à notre vie intérieure. Fondacio est devenu notre lieu source. Nous y avons créé une fraternité de couples près de chez nous pour échanger autour de sujets spécifiques de couple et prier ensemble. Nous avons aussi animé des week-ends et des sessions couple dans un élan partagé. C’est salvateur pour la confiance et la joie de vivre à deux!

Qu’est-ce qui motive votre engagement?
Noémie: Témoigner en relisant une partie de notre vie ou me dépasser par le chant par exemple me motive. Je suis touchée par la confiance et le soutien des équipes.

Comment décririez-vous votre activité auprès des couples?
Frank: Avec nos trois enfants, nous avons à cœur d’être des adultes debout et plein d’espérance dans ce monde qui propose une vision de l’avenir et de la relation assez négative. Nos engagements nous bonifient! Nous gagnons en conscience l’un de l’autre, en douceur et en complicité, au grand bénéfice de notre entourage et des couples que nous accompagnons. Nous croyons profondément que si le couple va bien, la famille ira bien, pour élever les enfants qui seront les adultes de demain.

Family 1_2021
Magazine Family

Article tiré du numéro Family 1/21 Février – Avril 2021

Dossier: Spiritualité
Thèmes liés:

Publicité